+ Toutes les playlists

Gillette s'attaque à la masculinité toxique dans une percutante publicité

Crédit photo : Gillette
Gillette s'attaque à la masculinité toxique dans une percutante publicité
Après Nike qui a fait une publicité choque, voici que Gillette prend les devant de la scène.

Il faut savoir que depuis maintenant plus d'un an, le mouvement #metoo a pris de l'ampleur, signalant aux hommes et aux femmes que certains comportements sont désormais à proscrire de nos vies. En 2019, on ne peut tout simplement plus excuser les comportements masculins toxiques sous prétexte que «Boys will be boys». 

Des comportements malsains, ça ce change par l'exemple.

C'est pourquoi Gillette a décidé de prêcher par l'exemple, pour montrer que les hommes de demain peuvent être meilleurs que leurs pères et leurs ainés.



Un pari risqué?

Selon le Paris Match, la vidéo a été vue près d’un million de fois en 24 heures sur YouTube, la publicité recueille près de 90 % de « pouces bas » (225 000 contre seulement 25 000 likes). Le commentaire le plus populaire est le suivant : « Masculinité toxique ? 43 % des garçons sont élevés par des femmes célibataires. 78 % des enseignantes sont des femmes. Le problème n’est pas la masculinité toxique, mais le manque de masculinité ».

Je suis féministe et suis extrêmement heureux que Gillette souligne ce combat pour que les hommes puissent se sortir de cette masculinité toxique dans laquelle ils ont grandi et qui continue d'être trop présente.

Oui, les hommes ont le droit d'avoir des sentiments, d'être respectueux, courtois, de pleurer, de s’exprimer, de ne pas savoir comment fonctionne une voiture ou un BBQ. Les hommes, qu'ils soient hétéros, noirs ou gais, ont le droit de prendre position sans se faire dire qu’ils ne sont pas assez « hommes ». Prêcher le contraire est simplement stupide.

« Nous avons regardé ce qu’il se passe aujourd’hui. C’est important d’avoir cette conversation. On doit mettre la barre plus haut », s’est justifié le responsable de la marque, Pankaj Bhalla, dans le Wall Street Journal.

​Et vous, qu'en pensez-vous ?