+ Toutes les playlists

MARKANTOINE, le designer rock-star de la mode Montréalaise

Crédit photo : François Rousseau
MARKANTOINE, le designer rock-star de la mode Montréalaise
Ton Barbier a 5 ans. Pour souligner le tout, nous organisons un défilé-spectacle unique le samedi 25 août 2018 à 21h30 à la Place des Arts sur la grande scène du Festival Mode et Design. Fiers de notre tradition qui est de mettre de l'avant des artistes, artisans et designers de mode locale et masculine, nous avons choisi 7 designers qui défileront pour l'occasion. Pour mettre ces créateurs de l'avant, nous les avons rencontrés dans leur atelier respectif.


Qui est Markantoine, l'homme derrière la marque?

Markantoine Lynch-Boisvert, je viens de Shawinigan Sud en Mauricie. Je suis quelqu'un qui aime avoir du plaisir et du fun dans tout ce que je fais, tout ce que j'entreprends et tout ce que je vis. Je pense que j'essaie de le faire transparaitre dans toutes mes collections aussi. Et je pense que je suis quelqu'un de sympathique (rires). 


Peux-tu nous décrire la marque MARKANTOINE, de quoi il s'agit ?

MARKANTOINE existe depuis trois ans et demi. On travaille sur la huitième collection en ce moment. L'idée m'est venue quand j'étais en voyage en France lors d'un stage en développement d'images de marque. C'est justement en travaillant en branding et image de marque que j'ai commencé à réaliser que je tripais là-dessus. J'ai donc voulu créer une marque, une marque qui se démarque par toute son histoire, son esthétique, ses shows, etc. Année après année, on s'est construit au fil de nos projets. Aujourd'hui, on fait désormais partie de la scène locale et on a amené quelque chose qui n'était pas là. 

Crédit : Markantoine

Comment décrirais-tu MARKANTOINE  en 3 mots ?

J'essaie de toujours garder en tête les mots Gothiques-Exotiques. C'est comme ça que je décris la marque, même si ça ne veut absolument rien dire. Tout le monde pense que Ghotique-Exotique c'est la plage et des squelettes, mais ce n'est pas ça. Pour moi, c'est de garder en tête deux extrêmes et de les travailler ensemble. Ensuite, je dirais fun, c'est très important pour moi de s'amuser. Si je n'ai pas de plaisir dans ce que je fais, ça sert à quoi ? On me dit souvent que je devrais faire des pièces plus prêt-à-porter ou plus facile à vendre, mais je n'aurais pas de fun si je faisais ça. Du moment où j'ai décidé de faire ce métier-là, c'était pour avoir du fun. Je ne vais pas faire un métier pour trouver ça poche. Je fais un métier parce que je l'aime et que je veux avoir du fun. 


C'est quoi ton background et ton expérience en mode avant MARKANTOINE ?

J'ai fait le Collège LaSalle. Au bout d'une semaine, je voulais tout lâcher ! Quoi ? Il fallait coudre et faire des patrons ? Moi je voulais juste dessiner de belles grandes robes. Finalement, j'haï ça faire des robes. J'haï ça, mais je n’ai pas le choix d'en faire (rires). Ce que j'aime le plus faire c'est des pantalons et des manteaux.

J'ai finalement terminé mes trois ans au Collège et je me suis beaucoup impliqué. J'ai tripé. Je n'étais pas encore prêt à partir mon brand et je ne voulais pas travailler, je me trouvais encore trop jeune. Je suis donc allé à l'Université en Design de Mode pendant quatre ans à l'UQAM, en plus d'un stage de plusieurs mois en France.

Je suis revenu à Montréal en me rendant compte à quel point la ville me manquait. Il y a 10 ans, presque jour pour jour, je quittais Shawinigan Sud pour mes études, sans savoir c'était quoi Montréal. Donc 10 ans plus tard, je me retrouve avec une marque, 8 collections et avec une bonne présence sur la scène montréalaise et même canadienne.



Pensais-tu devenir enseignant un jour ?

Non, mais j'adore ça! J'enseigne même au Collège LaSalle à temps partiel. Ça fait un petit roulement de fond pour la vie personnelle, parce que ça coute cher lancer des collections. Enseigner, j'adore ça. Je rencontre plein de monde et je partage ce que je fais. J'aime jaser avec les gens et triper avec eux. J'aime voir ce que la prochaine génération va nous apporter. 


Ça serait quoi les moments marquants de MARKANTOINE  ?

Je pense que la première collection a été un gros moment. Personne ne s'attendait à ça dans le marché. C'était ma collection de finissants à l'UQAM. On devait faire 8 looks, mais j'en ai fait 18, parce que je voulais lancer ma marque en grand. C'était inspiré d'une histoire que j'avais écrite brièvement. Cette histoire, je veux même en faire un film! Ça tombe bien, je connais beaucoup d'acteur et d'actrices qui pourraient jouer dedans (rires). 

Justement, quand Catherine Brunet a mis pour la première fois un vêtement MARKANTOINE aux Échangistes avec Pénéloppe McQuade, ça a tellement fait jaser dans le milieu artistique. Même elle, elle est devenue une égérie MARKANTOINE sans le savoir. Ça l'a été un grand moment dans nos carrières. Maintenant, tout ce que je fais, je me demande si Catherine le porterait et triperait.


Tu as aussi créé tout un événement à la Fasion Preview ?

Oui ! Ça aussi, ça l'a été un beau moment, de voir les gens triper et même se bousculer pour venir voir du MARKANTOINE. On se demandait si on allait avoir 200 personnes, mais il y en a eu 500 dont certains ne pouvaient même pas rentrer. J'ai réalisé l'impact qu'on avait, mais aussi le devoir de rendre ça aux gens, de leur en donner. Les gens se sont amusés avec Markantoine par le passé et je veux qu'ils s'amusent encore dans le futur. Ça me motive énormément. 


Quels sont les prochains projets de MARKANTOINE ?

On aimerait beaucoup présenter notre prochaine collection à Paris. Ce n’est pas facile avoir des subventions pour ça, alors on travaille fort. On prépare aussi quelque chose de super cool pour le Fasion Preview. Également, on travaille sur le nouvel espace du Ausgang qui va ouvrir le 5 septembre. On redécore leur vitrine façon micro pop-up et je vais faire quelque chose de Gothique-Exotique, mot pour mot : un squelette à la plage. On travaille aussi avec le Bal du Musée des beaux-arts de Montréal. Le thème cette année est Designers, et ils ont demandé à plusieurs designers québécois de décorer les salles du bal et je fais partie des designers. Ça va être super cool, c'est le 3 novembre que ça se passe, ne manquez pas ça!

markantoine.ca