+ Toutes les playlists

Guillaum Chaigne, le designer de streetwear haut de gamme sous estimé

Crédit photo : François Rousseau
Guillaum Chaigne, le designer de streetwear haut de gamme sous estimé
Ton Barbier a 5 ans. Pour souligner le tout, nous organisons un défilé-spectacle unique le samedi 25 août 2018 à 21h30 au Festival Mode et Design. Fiers de notre tradition qui est de mettre de l'avant des artistes, artisans et designers de mode locale et masculine, nous avons choisi 7 designers qui défileront pour l'occasion. Pour mettre encore plus ses créateurs de l'avant, nous les avons rencontrés dans leur atelier respectif.

Voici donc notre entrevue avec Guillaum Chaigne, le designer de mode qui fait du streetwear haut de gamme.

Peux-tu nous présenter ta marque Guillaum Chaigne?

Je mets de l'avant le côté individuel, alors pour moi une marque c'est peut-être trop officiel. Je préfère mettre de l'avant l'amour et la passion pour l'art.

J'ai commencé très jeune à coudre, soit à 10 ans. J'ai arrêté durant l'adolescence à cause de la pression sociale. C'était pas très bien accepté de coudre, car pas très masculin. Je viens de région aussi et j'ai l'impression que ce milieu était moins ouvert. 

À 18 ans, ma nature entrepreneuriale a repris le dessus et à 19 ans j'ai lancé mon premier brand de prêt-à-porter. C'était plus casual et graphique. C'était des t-shirts et des hoodies imprimés et ma marque s'appelait EraGraff. Avec tout ça, ça m'a fait ressortir ma machine à coudre qui était en train de prendre la poussière. J'ai commencé à changer des manches, installer des poches et à faire mes propres étiquettes. Petit à petit, j'ai fait ma première paire de pantalons, puis mon premier t-shirt, ensuite un hoodie et etc. 

En 2015, je gérais les deux projets, soit Guillaum Chaigne et EraGraff. Ce projet-là avait 7 ans et un succès ascendant, on était commercialisé partout au Québec et on avait des ventes nationales et internationales. Ça devenait cool et gros, mais il fallait que je fasse un choix. Je ne pouvais pas faire les deux projets tout seul. 

Guillaum Chaigne a donc pris le dessus. Je trouvais qu'avec l'image de marque d'EraGraff, on ne voyait pas le travail intime de l'individu derrière la marque. C'est ça que j'aimais : partager mon intimité et l'introspection que j'avais autour de mon art. C'est ça que je voulais mettre de l'avant : moi, mon projet, mes deux mains, mon atelier et les idées qui sortent de ma tête.



Pourrais-tu décrire le projet Guillaum Chaigne en trois mots ?

Intime : En arrière de toutes mes créations, il y a un thème et une idéologie. Tout ça est très intime et personnel. Avant tout, je fais tout ça pour moi, mais aussi pour le partager. 

Oversize: Ça décrit très bien le style. Les lignes directrices sont très propres au streetwear actuel, très oversized, très ample, très androgyne également, genderless. Tout ce qui tourne autour de cette catégorie s'applique très bien.

Naïf : Je n'aime pas me conformer à des lignes directrices existantes. Oui, je m'inspire beaucoup des designers que j'aime, mais je trouve aussi beaucoup d'inspiration autour de moi. Autant chez les gens, mais également sur tout ce qui m'entoure. Par exemple : durant un trajet d'autobus, une chanson qui joue au moment précis où mon regard tombe sur un objet sur la route, durant une fraction de seconde. Il peut avoir une collection complète qui découle de ce moment-là.


Les moments marquants de Guillaum Chaigne ?

Avant, je travaillais en microcapsule de 9 ou 10 morceaux que je sortais chaque deux mois. C'était pour moi un moyen très naïf de partager facilement un 10 morceaux d'une collection. Deux mois après, j'avais une nouvelle capsule avec des lignes directrices complètement différentes.

En mars dernier, j'ai mis de côté ce concept de capsules. J'ai tout regroupé ensemble sous le nom de Prologue et j'ai ensuite sorti ma première vraie grosse collection États d'Âme. Elle comportait 41 ou 42 morceaux. J'en prépare une suivante avec le même nombre de pièces. Mon but est d'offrir un choix plus structuré pour ma clientèle. 


Tout est fait de tes propres mains dans ton atelier ?

Oui, tout est fait sur mesure à la commande. C'est 5 à 15 jours ouvrables de production et 2 à 3 jours ouvrables de livraison. Les gens sont bien au courant de ça. Et quelque part, ça définit aussi ma marque, car tu ne consommes pas du Guillaum Chaigne comme tu consommerais un chandail dans un magasin de grande surface. Ils viennent chez moi pour avoir une création unique, faite sur mesure pour eux. 



Tu es autodidacte ? Tu as donc tout appris seul de A à Z ?

Je n’ai aucune scolarité dans la mode. J'ai lâché l'école après mon secondaire 5 suite à un accident de snowboard qui m’a couté mon année scolaire. J'ai aussi dû quitter la maison très tôt et me trouver un appartement. Je suis donc un autodicate, quelqu'un de très manuel et d'extrêmement curieux. J'ai commencé à faire mes propres affaires sans même un tutoriel sur YouTube. J'aime apprendre et partager ce que j'apprends. 


Quels sont tes prochains projets ?

Je présente ma prochaine collection sur la scène principale du Festival Mode & Design le samedi 25 août prochain à 20h. Je suis vraiment abasourdie par l'invitation du festival, car je préparais ma collection qui s'intitule UNDERESTIMATED.18. qui reflétait mon parcours dans la mode, le fait que j'ai été intimidé et pas encouragé. Mes proches me disaient que ce n'était pas une vraie job, que je devrais rester à l'école, qu'avec mes tatouages et mes trous dans les oreilles je devrais me trouver une job dans un entrepôt ou une usine. Ce n’est pas ce que je voulais et je ne l’ai pas fait, mais ça fait partie de mon parcours.

Là, il y a le Festival Mode et Design qui m'offre cette opportunité d'être sur le plus gros runway du Canada, en fermeture du festival un samedi soir. Whaaat ? 

Pour moi, c'est un projet énormément significatif qui représente une offre incroyable. Avoir cette opportunité et cette attention d'un des plus grands joueurs dans la mode locale et en Amérique est tellement valorisant pour mon travail. Je le vois comme un très nice projet dans lequel je me donne à fond à 100%. 

Sinon, j'aimerais changer d'atelier bientôt, mais je travaille sur un beau projet autour de ça et vous en parle prochainement.

Site web : guillaumchaigne.com 
Instagram : @guillaum.chaigne
Facebook : Atelier Guillaum Chaigne


Photo : Guillaum Chaigne lance sa collection originale lors d'une soirée immersive.