+ Toutes les playlists

16 livres québécois à (s')offrir pour la nouvelle année

Pour la plupart sortis en novembre et décembre, ces livres au contenu fort varié témoignent de la vitalité des éditeurs québécois, qui continuent à offrir des titres de qualité même au cœur des mois les plus périlleux. Essais, poésie, premiers romans, thrillers; chacun y trouvera son compte. Nous avons pour notre part passé une bonne partie du congé des fêtes à dévorer plusieurs de ces œuvres, et en avons aussi offert quelques-unes en cadeau – car il est très rare que le don de l’intelligence et de la sensibilité soit mal accueilli. En manque d’inspiration pour vos lectures? Ne cherchez pas plus loin.
 
Le peuple rieur – Hommage à mes amis Innus
Serge Bouchard
Lux
Anthropologue reconnu, Serge Bouchard a remporté le Prix du Gouverneur général pour son livre précédent, Les yeux tristes de mon camion, paru chez Boréal fin 2016. Sa dernière œuvre, un véritable ouvrage monastique sur l’histoire des Innus, écrit en collaboration avec Marie-Christine Lévesque, offre un angle novateur qui mélange plusieurs disciplines en intégrant un regard très personnel sur la matière. Car Bouchard vit depuis plus de 50 ans une véritable histoire d’amitié avec ce peuple autochtone, et se sert de tout son savoir pour mettre en contexte les luttes contemporaines de cette nation qui peuple l’Amérique depuis au moins deux mille ans.
 
Trente
Steph Von Rob
Recueil auto-publié qui revient tendrement sur les trente années que l’auteure a vécu, ce tout petit livre vous fera vivre de grosses émotions. L’exercice, intime et défoulant, nous fait entrer dans le vif de la vie, et ressentir de concert avec l’auteur toutes les nuances des hauts et des bas qui composent une existence. C’est un condensé particulièrement fructueux, qui dénote une maîtrise avancée de la langue et une candeur de bon aloi. Le livre est disponible en ligne en visitant le lien suivant.
 
Moi, Hercule
Marie-Christine Arbour
Annika Parance
Lorsque le père du narrateur meurt en lui laissant un important montant d’argent, ce dernier est informé par d’étranges exécuteurs testamentaires qu’il devra réaliser douze travaux, d’où le titre, afin de mettre la main sur le pactole. Cet anti-héros asocial et bisexuel devra apprendre à surmonter plusieurs de ses peurs à travers des défis dont l’exécution s’avérera de plus en plus ardue. Arbour excelle dans les ambiances troubles et le mystère qui enveloppe ce thriller métaphysique est plutôt prenant.
 
Les repentirs
Marc Séguin
Québec Amérique
Premier des deux volumes qui lancent chez Québec Amérique la nouvelle Collection III, dirigée par Danielle Laurin, et qui se spécialise dans les récits autobiographiques comprenant des petites parcelles de fiction, Les repentirs est un petit roman qui cadre parfaitement avec le reste de l’œuvre du prolifique auteur touche-à-tout. Il nous y révèle sans pudeur les doutes de sa jeunesse et les angoisses qui le hantent encore aujourd’hui.
 


La raison des fleurs
Michaël Trahan
Le Quartanier
Il y aurait beaucoup à dire sur la disparition, qui provoque divers sentiments allant du deuil à la mélancolie, et qui est le point central de l’œuvre de certains écrivains. Le poète Michaël Trahan, dans son deuxième recueil, s’y intéresse avec une étonnante sensibilité, et sa collection de petits fragments au rythme impeccable est une très belle surprise de fin d’année.
 
Ce qui reste
Catherine Mavrikakis
Québec Amérique
Lancé conjointement avec le livre de Marc Séguin figurant dans la même collection, ce livre permet à l’auteure de revenir sur trois périodes de sa vie, et d’explorer sa peur de mourir. C’est à une exploration minutieuse de ses vulnérabilités qu’elle nous convie, mais aussi à s’immerger dans une séance de lecture où sa plume si caractéristique nous bercera tout doucement.
 
Habiter est une blessure
François Godin
Le Lézard Amoureux
Troisième recueil du poète mauricien, après avoir enfanté des œuvres aux Écrits des Forges (La victoire jamais obtenue, 2011) et chez l’Hexagone (La chambre aux quatre vents, 2014), cette collection de poèmes se prête aussi bien à de vigoureuses déclamations dans le cadre d’une soirée de slam qu’à une lecture plus confidentielle dans son bain. Des petites pépites aux arrêtes brutes, qui nous parlent de la douleur des relations dans une langue à la fois brute et douce.


 
Toi aussi, mon fils
Jonathan Pedneault
XYZ
Voilà un premier roman surprenant, qui nous parle de paternité sans complaisance, de façon tout à fait honnête et directe. La vie du narrateur, dont le père a été majoritairement absent, se complique lorsque vient le temps d’éduquer à son tour un enfant. Pedneault cumule une impressionnante expérience comme journaliste autodidacte, et intègre dans son récit plusieurs éléments tirés de son vécu.
 
Il y aura des morts
Patrick Sénécal
Alire
Chaque année voit débarquer son Sénécal, et son offrande de 2017 peut paraître au premier abord difficile à apprivoiser. Mais une fois passé la première partie, qui s’avère très répétitive et qui ressemble beaucoup à une leçon de géographie de Drummondville, on se retrouve happé par le récit tortueux et surprenant, sans toutefois être surpris par la finale. L’idée de départ est fascinante : un propriétaire de bar très honnête et un peu déprimé se fait attaquer à répétition par des individus louches qui semblent tous essayer de le tuer. Une prémisse très WTF qui s’éclaircira finalement de façon assez ingénieuse.
 
Journal d’une insomniaque
Catherine Fouron
Tête première
L’insomnie n’a plus de secrets pour Catherine Fouron, qui en est une fidèle adepte bien malgré elle. Basé sur ses nombreuses confessions sur un blogue, ce roman raconte avec un humour délectable de quelle façon elle meuble ces longues nuits, passées à angoisser sur les menus détails du quotidien, et à dialoguer avec son hamster, nommé Guy.
 


Un Noël cathodique
Collectif
Éditions de Ta Mère
Peu importe la génération dont vous êtes issus, il est très peu probable que vous n’ayez pas été exposés à répétition à la programmation parfois magique, et parfois débilitante de Ciné-Cadeau. Dans ce collectif dirigé par Stéphanie Roussel, plusieurs sommités du cinéma de genre se penchent sur la fascination qu’ils éprouvent pour divers aspects de cette programmation, ou évaluent d’un regard plus contemporain les lacunes de celles-ci. Un livre qui vous donnera une solide envie de cocooner.
 
Celui qui avance avec la mort dans sa poche
Claudette Boucher
Éditions l’Interligne
Située à Stanstead, l’intrigue de ce roman policier part du moment où une certaine Sophie Plourde est assassinée dans un parc. Avec un thème aussi délicat que l’immigration illégale, ce récit s’intéresse à des personnages à la psychologie fouillée, et nous aide à inspirer une bonne bouffée de l’air frais de l’Estrie.
 
Colosses
Collectif
Sid Lee
Coffee table book par excellence, cet élégant volume publié par Sid Lee propose le témoignage sans filtre de neuf portiers, qui se dévoilent et racontent leurs expériences les plus folles. Le monde de la nuit est imprévisible et dangereux, souvent rempli de tentations récréatives, et il est facile de s’y abîmer. Tous les profits générés par la vente de cette œuvre seront remis à la Fondation Georges St-Pierre, qui en signe d’ailleurs la préface. On peut se le procurer en visitant ce site.
 


5 balles dans la tête
Roxanne Bouchard
Québec Amérique
Les reportages sur la vie des soldats sont monnaie courante chez les éditeurs américains, mais sont chez nous beaucoup plus rares. Roxanne Bouchard, pour préparer ce livre, a rencontré une trentaine de militaires ayant participé à diverses missions, en plus de donner des conférences sur l’écriture dans quelques bases de l’armée. C’est le destin qui en a fait l’oreille attentive qui a recueilli les confessions et témoignages déchirants qui constituent ce livre, un constat pas toujours joyeux de la vie de ces héros de l’ombre.
 
Donnacona
Éric Plamondon
Le Quartanier
Ce tout petit livre rassemble trois nouvelles écrites par Plamondon à différentes époques, et on y retrouve son style habituel, court et « punché », avec une attention particulière pour des parallèles avec des moments charnière de notre histoire. Les trois histoires sont très touchantes, sans appuyer trop pesamment sur la sentimentalité, et nous rappellent que le talent de Plamondon réside non seulement dans l’étendue de son regard, mais aussi dans la subtilité de son écriture.
 
Je ne sais pas penser ma mort
(essai intime)
Marisol Drouin
La Peuplade
Écrire sans structure est un rêve pour beaucoup d’auteurs – et c’est pourtant une route que peu osent emprunter. Dans cet « essai intime », Marisol Drouin s’est prêté au jeu, après cinq ans passées à rédiger un roman qui lui donnait du fil à retordre. Ce livre en est le résultat, et c’est à une véritable renaissance que nous assistons, et en quelque sorte un geste de rébellion littéraire d’une pertinence indiscutable.