+ Toutes les playlists

À quoi s'attendre d'une croisière Transatlantique de 15 jours ?

Crédit photo : Marie-Michelle Do
À quoi s'attendre d'une croisière Transatlantique de 15 jours ?
Je suis une fan de croisières. Vous pouvez rire de moi autant que vous voudrez, mais j’aime la quiétude des jours en mer, le confort des lieux et le service hors-pair offert par tous les membres de l’équipage. Dans un long voyage backpacking de 10 mois, c’est une parenthèse qui ressource, où l’on mange bien, dort bien et où peu de planification est requise. À notre départ, nous savions que nous voulions en intégrer au moins une dans notre voyage. Dans notre budget, nous avons trouvé plusieurs belles options, surtout avec les croisières de repositionnement ; c’est-à-dire lorsqu’un bateau change de continent pour desservir une autre route à l’arrivée d’une nouvelle saison. Nous avons donc opté pour un itinéraire transatlantique, partant de Rome, passant par Marseille, Barcelone, Madère et terminant à Miami. Si vous êtes curieux de ce type de croisière, voici une liste de 8 raisons pour lesquelles je les affectionne particulièrement.
 
1. Valeur qualité-prix

Une croisière de repositionnement de 15 jours revient souvent moins chère par jour qu’une croisière de 7 jours, et encore moins qu’un tout-inclut de la même durée de temps. Le bateau doit effectuer cette route, d’une façon ou d’une autre pour entamer sa nouvelle saison ailleurs. Il est donc facile de trouver des aubaines si l’on surveille les prix. Une des particularités, c’est bien sûr moins d’arrêts et plusieurs jours en mer, mais dans notre cas, ce n’était pas quelque chose qui nous dérangeait.

Crédit : Marie-Michelle Do
 
2. moyen de transport économique

Dans un grand voyage comme le mien, une croisière de repositionnement est également une façon de se rendre du point A au point B, sans acheter un billet d’avion. Notre coût total inclut donc tous nos repas, notre hébergement, toutes les activités et services inclus sur le bateau, ainsi que le moyen de transport. Difficile à croire, mais ça rentrait dans notre budget.

Crédit : Marie-Michelle Do
 
3. La visite de destinations reculées

Il y a des îles reculées difficiles d’accès en temps normal où les coûts du vols + bateau + devise du pays reviennent tout simplement trop chers pour visiter. Nous aimons donc bien surveiller les opportunités où les croisières s’arrêtent. Ce sont entre autres des destinations qui peuvent être visitées pour une journée dans le cadre d’une croisière. Dans notre cas, nous avons pu visiter l’île de Madère, un territoire du Portugal qui se situe en chemin de la traversée de l’Atlantique.

Crédit : Marie-Michelle Do
 
4. Changement d’heure et de température graduel

Une des choses curieuses que j’ai expérimentée fut de débuter à Rome où l’automne avait commencé à s’y installer confortablement, et voir les jours se réchauffer à mesure que nous avancions vers l’Amérique. Il en va de même pour le changement d’heure qui s’est effectué à chaque deux jours, graduellement, de sorte à ce que nous terminions à notre destination finale à Miami.

Crédit : Marie-Michelle Do
 
5. Le grand débranchage numérique

Malheureusement, le wifi est un luxe que le commun des mortels ne peut pas encore s’offrir sur les croisières. À 1$ US la minute, il est plus sage d’opter pour le grand débranchage et en profiter pour se ressourcer. J’avoue, j’ai succombé aux ports de débarquement et me suis ruée vers la source de wifi la plus proche me promenant à tâtons avec mon téléphone comme s’il avait des antennes paraboliques me permettant d’identifier les réseaux ouverts, mais se connecter 3 fois en 15 jours reste une bonne moyenne.

Crédit : Marie-Michelle Do 

6. Service amical

Travailler sur un bateau de croisière, aussi amusant que ça en a l’air, semble être très ardu. Les employés provenant de partout dans le monde sont souvent séparés de leur famille pour de longues périodes. Norberto le serveur-farceur travaille sur les bateaux depuis 20 ans pour faire vivre sa famille d’outremer (et lui donner une pause de sa femme, selon ses dires). Gary, quant à lui, nettoie les chambres depuis 10 ans et il a pu voyager aux 4 coins du monde en suivant les bateaux. Il m’a confié avoir la fascination de visiter un jour la Corée du Nord, la Russie et les Iles dangereuses de Tawi-Tawi au sud de son propre pays. Malgré les longues heures, ils ont toujours le sourire, la jasette facile et sont d’une gentillesse rayonnante.
 
Crédit : Marie-Michelle Do

7. Bonne bouffe

Une des chose étonnante sur le bateau, c’est la qualité de la nourriture. Certaines croisières sont mêmes dignes de grands restaurants. Envie de 3 entrées avec votre repas ? Vos désirs sont des ordres. Vous hésitez entre le filet mignon et le homard ? Vous pouvez demander pour les deux, avec l’accompagnement de votre choix. Bien souvent, les menus sont seulement à titre indicatifs, mais libre à vous de créer votre propre repas. Petit conseil : Avec 8 jours consécutifs en mer, vous êtes mieux de manger de la salade et des légumes les premiers jours, lorsqu’ils sont encore frais, et stocker vos vitamines avec des fruits vers la fin, car ils seront enfin mûrs.

Crédit : Marie-Michelle Do
 
8. Une micro ville

La vie sur un bateau de croisière, c’est comme vivre dans une micro ville. Il y a des invités et des membres de l’équipage de toutes les nationalités, du trafic aux heures de pointes, un casino, une piscine, une garderie, un spa, un théâtre, des restaurants, un gym, des médecins à bord. On en vient à fraterniser avec son voisin de chambre, les employés, les gens croisés dans le corridor, ou au contraire, être en gros désaccord eux. Croisière remplie d’américains oblige, j’ai donc pu assister en primeur à un échafaudage politique entre des passagers un peu éméchés concernant Donald Trump. Un imbroglio mettant en scène une fière ancienne employée des casinos de Trump ainsi qu’un homme l’insultant fortement devant une audience de personnes captivées. Un divertissement qui n’a pas de prix.
 
Les croisières, ce n’est peut-être pas pour tout le monde. La plupart des gens me demandent comment je fais pour ne pas m’ennuyer. Je leur répond souvent que ça ne diffère pas beaucoup d’un tout-inclut, à l’exception que cela vous permet de visiter plusieurs destinations et d’être en mouvement constant, plutôt que de revenir à la même plage à chaque jour. Et qui sait, peut-être vous ai-je donné l’envie d’en essayer une ?

Crédit : Marie-Michelle Do