+ Toutes les playlists

Un réputé photographe Montréalais accusé d'harcèlement, de viols et d'inconduites sexuelles

Crédit photo : Monsiieur
Un réputé photographe Montréalais accusé d'harcèlement, de viols et d'inconduites sexuelles
Depuis que les accusations sont sorties à Hollywood contre le producteur américain Harvey Weinstein, plusieurs autres personnages de la sphère publique et privée ont été pointés du doigt, autant sur les réseaux sociaux avec le hastag #metoo que de plaintes déposées à la police. On peut notamment penser à Éric Salvail, Michel Brulé et Gilbert Rozon au Québec.

Autant à l'international qu'au Québec, les victimes dénoncent leur agresseur, partagent leurs souffrances et leurs vécus, lorsqu'elles ont été approchées, attaquées, violées ou harcelées. Qu'il s'agisse de femmes ou d'hommes, plusieurs brisent le silence et c'est tout à leur honneur.

Hier soir, un internaute a justement accusé un réputé photographe montréalais très connu dans le monde de la mode et du nightlife. Maxime Comtois qui porte le surnom de Monsiieur ou de Monsieur Coms est connu pour ses clichés de femmes à moitié nues et pour se cacher derrière un masque d'astronaute. On ne lui voit jamais le visage et il a toujours de faux noms de compte sur Facebook.

Depuis plusieurs années, des rumeurs couraient à son sujet et même des accusations qui datent de 2012. Avec Ton Barbier, nous nous sommes toujours abstenus de travailler avec lui ou même de l'interviewer. Lundi soir, son ancien coloc et collaborateur Keven Chi a décidé de dénoncer haut et fort ses inconduites et de recueillir par le fait même plusieurs témoignages concernant le photographe. «Quand j'ai appris hier matin qu'une autre de mes amies était tombée sous ses griffes.. ça été le breaking point» m'a raconté Kevin.

 


En lisant les commentaires et témoignages subséquents à l’appel de Keven Chi, ceux-ci nous donnent accès à des récits sordides impliquant Comtois et plusieurs aspirantes mannequins.

Alors qu’à l'international, Terry Richardson vient d'être banni de travailler avec Vogue, GQ et plusieurs autres magazines internationaux dû aux allégations d'exploitations sexuelles qui le poursuivent. D'autres rumeurs circulent présentement sur des photographes québécois qui auraient usé de leurs privilèges et de leur statut pour abuser leurs clientes.

Puisqu'avec Ton Barbier, nous travaillons beaucoup avec des photographes et des images, et que l'image est tellement rendue importante à l'ère d'instagram, il m'est indispensable de mettre en garde gars ou filles, qui auraient à se retrouver dans ce genre de situation. Que vous rencontrez un photographe (ou n'importe quel autre professionnel) réputé, talentueux, connu, soyez vigilant et en cas d'inquiétudes, soyez accompagné d'un ami.

En 2017, il est temps que les personnes qui commettent ce genre de gestes impardonnables soient imputables et, par ce billet, j'invite toutes personnes, agences, clients et compagnies à ne jamais travailler avec Monsiieur.

Si vous avez été victimes, vous pouvez partager votre témoignage à stopmonsiieur@hotmail.com qui recueille les plaintes contre Monsieurcoms.