+ Toutes les playlists

KM3, un événement sans précédent s'installe dans le centre-ville

Crédit photo : Jean Bourbeau
KM3, un événement sans précédent s'installe dans le centre-ville
Par le passé, Montréal s’est parfois fait reprocher sa frivolité en question d’art public. Pourtant étincelante de créativité, un manque d'audace jumelé à une vision à court terme ont modelé la métropole en figure d'enfant pauvre devant des villes européennes telles Copenhague ou Barcelone.

C'est donc avec enthousiasme que nous accueillons, dans le cadre des festivités du 375e anniversaire, un nouveau parcours d’art public, intitulé KM3, venant remédier à cette situation en offrant une expérience artistique rafraîchissante. Parsemé d'oeuvres interactives, sensorielles, évasives et accessibles à tous les Montréalais, le circuit s’étend principalement sur l’axe de la rue Sainte-Catherine du Quartier des spectacles jusqu’aux frontières ouest du Village. Une vingtaine de créations d'artistes québécois s’intègrent au décor de la ville en investissant avec ingéniosité des espaces inutilisés.

Crédit: Jean Bourbeau
 
Les différentes oeuvres se veulent ludiques, immersives ou contemplatives. Énormes ou de petites dimensions, ils manifestent tous à leurs façons, une volonté d’interagir avec la curiosité des marcheurs.

On peut y rencontrer des jeux, de la réalité virtuelle, des sculptures ou des infrastructures à caractère poétiques. Sollicitant l'intérêt et la participation des visiteurs, les propositions sont éclectiques et mettent en valeur les arts visuels, l’art urbain, l’art numérique, le design et l’architecture. Le secteur est donc fortement embelli par cet important événement d’art public temporaire extérieur.

Crédit: Jean Bourbeau
 
Il s’agit d’une première édition qui souhaiterait devenir un événement bisannuel afin de dynamiser le rapport des Montréalais avec leur environnement urbain et mettre de l’avant l’effervescence des créateurs d'ici. C'est maintenant à vous d'en profiter!

Le nouveau parcours d’art public KM3
Jusqu'au 15 octobre 2017.



Crédit: Jean Bourbeau