+ Toutes les playlists

Acheter sa première moto, par où commencer?

Crédit photo : Jean-François Hébert
Acheter sa première moto, par où commencer?
Ça y est! Le permis moto d'apprenti en poche, c'est l'heure du magasinage. C'est le temps de télécharger l'application de Kijiji dans votre portable, parce que pour les prochains jours, vous allez passer la plus grande partie de vos temps libres, et moins libres, à magasiner là-dessus. Et c'est pas le choix qui manque. Mais la grande question à se poser avant d'acheter sa première moto est la suivante: une moto pour aller où, pour faire quoi?
 
Cool à l'os!
Évidemment que les choppers des gars du film Choppertown : The Sinners font rêver. Le côté romanesque de la moto, l'incarnation de la phrase: Live to Ride, un peu casse-cou, badass à souhait. Mais très franchement, même si c'est gars-là peuvent traverser les États-Unis avec leurs machines du diable, ce que l'on trouve tout à fait admirable et d'un athlétisme quasi olympien, vous risquez de trouver le temps long entre Montréal et Québec sur la 20 avec un vieux Harley-Davidson Shovelhead sans suspension arrière, surtout si c'est votre premier choix de moto pour débuter. Côté look, 100%, mais côté pratique, pour un débutant, on est pas mal en bas de la note de passage.
 

Définir ses besoins
Alors la moto, c'est pour la ville, de l'appartement au dépanneur? Ou c'est pour la grande route et les longs roadtrips de plusieurs centaines de kilomètres par jour? C'est la première question à se poser. Et d'y répondre sans avoir roulé un peu, c'est difficile. C'est pourquoi plusieurs nouveaux motards vont choisir une petite moto, pas chère et pas trop puissante, pour commencer et après une saison, ajuster le tir. Parce que côté cylindré, pas la peine de viser le 1690cc au premier jour. Sans aller sous la barre des 600 ou 650cc, on peut franchement s'amuser pour les premiers mois avec du petit calibre.
 
Vieille ou récente?
On va se le dire, une moto, ça brise, des fois, souvent ou trop souvent. Alors, selon son niveau de tolérance au stress et l'étendu de ses connaissances en petits moteurs ou le nombre d'amis mécanos dans son cercle rapproché qui acceptent d'être payés en bières, on privilégie une moto plus récente, plus fiable et avec un minimum de modification au niveau de la mécanique. Vaut mieux s'en trouver une qui démarre tous les matins que de passer sa première saison à écouter des tutoriels YouTube sur comment ajuster des carburateurs. Si on fait des concessions côté look, on peut facilement enfourcher sa nouvelle bécane pour bien moins de 2500$ si on cherche un minimum du côté de l'usagé. Même si le budget le permet, plusieurs diront que c'est mieux d'attendre une saison avant d'acheter du neuf. Ça fait moins mal au coeur d'échapper un petit Savage à 1800$ qu'un Sportster flambette à 13 000$.
 
Où acheter?
Kijiji est définitivement le paradis de la moto usagée. Pour tous les gouts, à n'importe quel prix. Par contre, acheter une moto usagée d'un particulier, sans la faire inspecter, c'est un sacré risque à prendre, surtout si la moto c'est du chinois. Attentions aux vendeurs qui attendent le bon poisson pour payer trop cher une Shadow modifiée en bobber, beau look, noir mat avec l'aile coupée, banc solo. Une des bonnes façons de savoir si c'est le deal du siècle, c'est de demander à des connaisseurs sur les réseaux sociaux ou comparer avec d'autres modèles semblables en vente dans d'autres régions.
 
Chez un concessionnaire, on paie souvent un peu plus cher. Par contre, la moto est inspectée et on peut offrir une garantie prolongée. Ce n'est pas à toute épreuve, mais c'est déjà un pas en avant. Puis, la plupart des concessionnaires proposent aussi du financement. De magasiner chez le dealer, ça permet aussi de voir, en une seule visite, plusieurs modèles pour différents budgets et surtout: s'assoir sur les motos. La moto de rêve sauvegardée en screenshot sur le compte Instagram de ChopCult n’est peut-être pas la plus confortable pour vos grandes jambes ou votre petite taille.
 
On peut aussi passer par les builders, nous en avons d'excellents au Québec. Si la plupart du temps, ils travaillent avec la moto d'un client, il arrive parfois que ces artisans montent des projets qu'il revendront ensuite. Presque des pièces de collection. Mais avant d'acheter d'un builder, il faut prendre un moment pour parler avec d'autres de ses clients et poser des questions concernant la fiabilité de ses produits. Il y a des histoires d'horreurs à ce sujet, s'agit de fouiller un peu.
 
Donc? Ma première moto?
Une fois le permis en main, tout excité de signer son contrat d'achat, on peut se faire bien des scénarios sur la moto de ses rêves, mais c'est la première saison complétée qui saura donner la meilleure réponse. La chose importante, au moment de commencer à faire de la moto, c'est d'apprivoiser la route et se donner le temps de voir quel type de motard on sera. Et peu importe le modèle et le prix payé, gouter au vent pour la première fois, ça fait oublier bien des égratignures sur le réservoir d'essence. 
 
À propos de ONELAND
Pour plus d'informations sur la culture moto, des récits de voyage et un calendrier des évènements à Montréal et ailleurs au Québec, visitez le site www.onelandmag.com. Avec ou sans moto, rejoignez le mouvement.