+ Toutes les playlists

Les 10 meilleurs clips québécois d'avril

Crédit photo : Didier Charette
Les 10 meilleurs clips québécois d'avril
Ça s’est passé en mai. Des projets musicaux que l’on connaît bien sont en pleine mutation, une micro-mode de docu-fiction s’est rendue jusque dans les clips, on boit des mimosas dans des hangars, on danse au lave-auto, et des forêts sont explorées. La force de l’image n’est pas négligée dans cette dizaine de clips d’une qualité exceptionnelle, et on peut s’attendre à ce que nos yeux trouvent leur bonheur chaque mois, la province regorgeant visiblement de réalisateurs visionnaires qui ne manquent pas de travail. On ne vas pas s’en plaindre.
 

CRiRush

Réalisation : Didier Charette
À la fois clip et mini-documentaire sur les perspectives de la jeunesse de Fermont, une fascinante ville du nord du Québec entourée d’un mur, cette oeuvre nous informe et nous divertit, tout en éveillant en nous une étrange envie de grimper sur un skidoo et de disparaître vers le crépuscule.
 

Loud56k

Réalisation : William Fradette
Dans un admirable plan-séquence, Loud nous montre que sa formule solo est aussi délicieuse que celle de n’importe quel band. Un clip qui célèbre admirablement un nouveau départ, dans un hangar à avions, du swag, et un ciel pastel à couper le souffle.
 

Valaire - Woody Wagon

Réalisation: Michaël Lalancette
Un matin de profond hungover, un des membres de Valaire se réveille dans le bain, sans trouver ses amis, et doit trouver une façon inventive d’amener ses collègues avec lui à une entrevue télévisée. De la joie de vivre colorée et typiquement « Valaire »!
 

Silver CatalanoWave

Réalisation : Didier Charette
Cette deuxième réalisation de Didier Charette dans notre palmarès de ce mois-ci nous présente elle aussi des fragments de dialogues documentaires à travers l’oeuvre, et ce sont cette fois-ci d’époustouflants paysages gaspésiens qu’arpente Silver Catalano. Cette chanson très touchante sur l’affirmation de soi a hérité d’un clip à sa hauteur, plein d’images fortes et d’émotions brutes.


CaravaneDémons

Réalisation : Sébastien Corriveau
Des blessures physiques et psychologiques, la ville vue sous un objectif rosé, une fable urbaine pleine de style tournée dans les rues enneigées du Vieux Montréal.
 

Coco MélièsLetter

Réalisation: Dan & PAG
Un lave-auto pas comme les autres, où tous les employés sont saisis par le spectre de la danse contemporaine. L’ambiance est sombre, mais pas le feeling.


Bernard AdamusCadeau de grec

Réalisation : Frédérique Bérubé
Cette production éclatée, bordélique et haute en couleur ne déçoit pas. C’est comme un preview de l’esprit torturé et clownesque d’Adamus, avec comme cadre physique un improbable trailer park du désert peuplé de rednecks.
 

Beat Market & APigeonAtlantis

Réalisation : Guillaume Shea-Blais
Cet exercice visuel est principalement bâti autour de la charmante APigeon et de ses costumes colorés. La chanson possède déjà une production très léchée, et le clip poursuit dans cette direction.
 

Pierre KwendersWoods of solitude

Réalisation : Epher Heilland
Une superposition d’images urbaines et forestières, en noir et blanc, soulève un certain paradoxe, et cet ode à la beauté de la nature propose de superbes et sereins paysages.
 

I.D.A.L.G.Lac de plumes

Réalisation : Emily Pelstring
À mi-chemin entre une esthétique de cabaret et un conte des mille et une nuits, cette rêverie en noir et blanc nous présente de langoureuses images qui font référence aux codes du heavy metal et de la sorcellerie sans tomber dans le cliché.
 
 
MENTIONS HONORABLES
 
La fuite vers une nouvelle vie de Julie & the Wolf dans Devouring;
 
Un ingénieur âgé qui s’ennuie de sa défunte femme trouve un stratagème pour la retrouver, dans l’étonnant clip pour la chanson La somme de O Linea;
 
L’imagerie religieuse revue, corrigée et stylée de Couronne d'épines de Monk.E;
 
Les images aussi délicieusement bonbon que la synth pop de Radiant Baby pour Save me from myself.