+ Toutes les playlists

Festival Santa Teresa: le Osheaga de Sainte-Thérèse

Crédit photo : Festival Santa Teresa
Festival Santa Teresa: le Osheaga de Sainte-Thérèse
La fin de semaine dernière avait lieu le Festival Santa Teresa, mix parfait de musique, d’alcool et de folie. Il s'agit d'un tout nouveau venu dans le paysage des festivals québécois qui saura faire sa place assurément ! Comme je vous avais mentionné plus tôt cette année, le festival a débuté en force avec une solide programmation pour leur première édition.
 

Premier jour

Le tout a commencé jeudi dernier avec la présence du groupe City & Colour constitué de Dallas Green à l’église Sainte-Thérèse-d’Avila, la merveilleuse salle principale de ce festival. Je n’ai malheureusement pas assisté à ce spectacle, mais on m’a raconté que l’ambiance dans l’église était tout en douceur et que Dallas Green avait donné une prestation acoustique à la hauteur des attentes des festivaliers présents.

Pour ma part, j’ai plutôt opté pour un des spectacles gratuits offerts dans les petits bars du Vieux Sainte-Thérèse. C’est dans l’enceinte du Saint-Graal, petite microbrasserie de la rue Turgeon, que j’ai assisté aux prestations de Les Louanges et Lydia Képinski. Il était plutôt difficile de voir les artistes performer, mais le son était très bien. Je crois que c’est tout à fait compréhensible vu la forme de la salle et la quantité de gens présents ! À noter qu’au même moment avait lieu plusieurs spectacles très intéressants comme We Are Wolves, Corridor et la fameuse prestation du dixième anniversaire de l’album Gisèle de Xavier Caféine.

Deuxième jour

La véritable frénésie a débuté vendredi soir alors que la température était parfaite ! J’ai d’ailleurs pu apercevoir plusieurs personnalités publiques comme le couple Sébastien Diaz et Bianca Gervais ainsi qu'Antoine Olivier Pilon défilé dans les rues du Vieux Sainte-Thérèse. Malgré le beau soleil, c’est à l’intérieur que s’est poursuivi la soirée, plus précisément au sein de l’église Sainte-Thérèse-d’Avila pour le spectacle de Patrick Watson avec des premières parties très intéressantes. C’est la chanteuse Safia Nolin qui a ouvert le bal seule avec sa guitare, son humour décapant et sa magnifique voix. On a même eu droit à un duo spécial entre Safia et Patrick Watson.

Ensuite, c’est le chaleureux Louis-Jean Cormier qui est monté sur scène. Entre ces quelques chansons, il a avoué au public être fils d’un ancien curé et être plutôt heureux qu’il se soit défroqué… Ce fut ensuite le tour de Patrick Watson de se présenter sur scène avec ses musiciens et choristes.

Dès les premières notes interprétées par ces choristes, je fus sans mots. De plus, on a eu droit à une scène épurée avec quelques lumières spécialement conçue pour l’artiste rappelant la pochette de son album Love Songs for Robots. J’ai particulièrement apprécié les quelques chansons où la presque totalité du groupe chantait et jouait de leurs instruments à même un seul microphone en plein centre.

Durant l’une des chansons, un des musiciens a même utilisé une vieille scie pour créer des sons et ondulations particuliers. Vers la fin du spectacle, des lasers lumineux ont transformé l’église en planétarium et on a pu vivre l’expérience intégrale qu’offrent des spectacles musicaux dans une église.
 
Crédit : Facebook Festival Santa Teresa

Tout de suite après c’est Geoffroy & Ralph qui entamaient leur prestation dans le bar le Cha Cha. Mes deux découvertes du moment, je vous invite d’ailleurs à aller écouter leur projet respectif.

Troisième jour

Pour terminer ce weekend de fou, le festival a décidé d’y aller en grand en offrant un spectacle extérieur à même le stationnement de l'hôtel de ville de Sainte-Thérèse réaménagé pour l’occasion avec une immense scène. Successivement ce sont enchainés Ragers, Rymz, Alaclair Ensemble, The Franklin Electric et A Tribe Called Red. Le site était super bien aménagé et il y avait même un barbier sur place qui offrait les coupes gratuitement. Le vent froid a malheureusement rendu mon expérience plus difficile. Malgré tout, les groupes comme Alaclair ont su faire sauter la foule et réchauffer un peu nos corps le temps d’un instant.

En bref, une fin de semaine pas comme les autres à Sainte-Thérèse. On ne savait plus où donner de la tête. Une très belle organisation et une incroyable présence sur les réseaux sociaux. Je souhaite au festival une longue vie et encore plus de têtes d’affiche dans les prochaines années.

Rymz sur la scène extérieure
Crédit : Alexandre Frenette