+ Toutes les playlists

Francis Bordeleau est le jeune réalisateur québécois que vous devez connaitre

Crédit photo : Ludovic Rolland-Marcotte
Francis Bordeleau est le jeune réalisateur québécois que vous devez connaitre
Première impression : Francis Bordeleau a le sang d'un jeune génie qui lui nage quelque part dans les veines. Dès les premières minutes de notre entrevue, le potentiel de ce réalisateur d’à peine 24 ans m’apparait comme une évidence. Éloquent, cultivé, charmant, je ne mets pas en doute une seule seconde sa capacité à donner vie à ses histoires, et encore moins son désir de colorer la toile cinématographique québécoise d’une nouvelle teinte, encore jamais exploitée ici.
 
En effet, le premier long métrage du jeune réalisateur, Wolfe, se veut intense, coloré, presque névrotique. C’est l’histoire d’une bande de quatre amis, la meute, d’où ressort un personnage principal, Andie (Catherine Brunet), qui organise sa mort devant ses proches. Ce n’est cependant pas de suicide ou de mort dont Francis Bordeleau veut parler dans son premier opus. « Le film évoque la perte et la prise de contrôle de soi des jeunes. Je ne voulais rien dénoncer en tant que tel avec mon film, Wolfe n’est pas une campagne de sensibilisation. Ça parle de maladie mentale, mais je voulais surtout montrer comment tout ce qu’on fait a des répercussions sur nos univers et sur celui des autres. » Filmé à la manière d’un kaléidoscope, Wolfe est un torrent éclaté de milles couleurs qui emprisonnera le public sous l’écume de ses d’émotions vives et crues. Bref très éloigné des moules usuels du cinéma québécois.  
 

 
Wolfe, une production privée prometteuse

Avec les visages qu’il affiche, le film, financé exclusivement par le privé, promet déjà une bonne entrée en salle. Le jeune homme a réuni un panier impressionnant d’acteurs qui ont déjà fait leurs preuves au Québec, incluant Catherine Brunet, Marilou Wolfe, Antoine Pilon, Julianne Côté, Mylène McKay, et Ludivine Reding. « J’ai conçu les personnages de mon film avec ces acteurs en tête. Je suis très choyé, car tous les artistes que j’ai approchés ont cru en mon projet et ont embarqué dès le départ. Je n’aurais pas pu demander une plus belle équipe. » Derrière la caméra aussi, d’ailleurs. Francis est entouré d’une trentaine de professionnels tous autant excités par le long métrage que son créateur.

Évidemment, je ne pouvais passer à côté du fait que Francis a déjà foulé le prestigieux tapis du Festival de Cannes en 2016 pour son premier court métrage Iceland. Son second court métrage, Carnasse, a quant à lui remporté le Prix du public à l’édition 2016 du Festival Fantasia. Le parallèle entre Xavier Dolan et lui apparait comme évident : deux jeunes autodidactes qui dessinent leurs idées à contre-courant des films commerciaux, attirant malgré tout la curiosité du public. 
 
Carnasse (2016)
Source : Festivla Fantasia

Diplômé d’un baccalauréat en communication et politique à l’UdeM et aujourd’hui réalisateur, le parcours atypique de Francis intrigue et fascine. Le cinéma serait-il vraiment accessible à tous?

« Pour faire un film, il faut que tu aies quelque chose à dire, une bulle au cerveau qui t’empêche de penser a quoi que ce soit d’autre. Moi, je vois un peu ça comme du verre cassé à mes pieds. Je ne sais pas jusqu’à quel point ça devient une obsession, mais c’est restreignant et je dois m’en débarrasser. » C’est exactement ce qui s’est passé avec Wolfe. « Ça a commencé par une idée de scène jouée par Catherine Brunet et quatre jours plus tard, j’avais fini le scénario au complet. Quand tu as quelque chose à dire et que ça vient du cœur, tout vient naturellement. »
 
Wolfe devrait prendre l'affiche en 2018.