+ Toutes les playlists

22 livres québécois à lire en mars - Part. 2

Plus tôt cette semaine, je vous suggérais onze titres notables déjà parus à lire en mars. Mais en ce mois prodigieusement généreux envers les lecteurs voraces, il y a toujours beaucoup plus à paraître! Voici donc la suite, dans laquelle vous trouverez des romans noirs, de l’humour mordant, un essai essentiel, et de drôles de curiosités littéraires. Bonne lecture!
 

Amqui
Éric Forbes
Héliotrope
Un libraire libéré de prison après quatre ans met à exécution un plan de vengeance longuement mûri : voilà une prémisse qui accroche. Avec des secrets familiaux et un enquêteur du SPVM dépressif, on aura certes droit à quelques éléments incontournables du genre, mais la première œuvre d’Éric Forbes s’annonce très bien.
Disponible le 15 mars
 
La dernière guerre
Bertrand Gervais
XYZ
On peut dire que Bertrand Gervais est un habitué chez XYZ : il s’apprête à y publier son dixième roman. Ça démarre doucement par une rencontre dans le métro de Montréal, un couple qui se forme, et un road trip thérapeutique aux allures d’enquête historique, pendant lequel les deux amoureux tenteront de trouver les traces d’un vétéran du Vietnam dont ils ont choisi au hasard le nom sur un monument de Washington.
Disponible le 16 mars
 
Les Rivières | Les Montagnes
François Blais
L’Instant même
Depuis Cataonie, en 2015, on attendait impatiemment une œuvre de François Blais. Sans trop s’inquiéter, bien sûr, car le prolifique auteur ne reste jamais bien longtemps silencieux. Il varie ici un peu de son registre habituel et nous offre une interprétation un peu plus sérieuse et assez déjantée du roman d’épouvante et du roman noir. C’est une proposition étrangement séduisante, et deux récits pour le prix d’un. Un changement de cap total, mais soyez certains d’une chose : Blais n’a rien perdu de son grinçant sens de l’observation.
Disponible le 21 mars
 
Le bal des absentes
Julie Boulanger & Amélie Paquet
La Mèche
Voilà un essai sur un sujet d’une actualité absolue : la place des femmes dans la littérature. Et plus spécialement en enseignement, où la plupart des œuvres québécoises proposées aux élèves ont été rédigées par des hommes. Rédigé par deux enseignantes en littérature, le livre propose des alternatives féminines – car on sait tous qu’il n’en manque pas. L’amour de la littérature, ça commence bien souvent sur les bancs d’école.
Le lancement aura lieu le 30 mars à l’Euguélionne.
Disponible le 21 mars
 
Tenir parole
Clément Courteau & Louis-Thomas Leguerrier
Annika Parance
Nous sommes extrêmement intrigués par ce roman de spéculation politique qui met en scène une version fictive de Gabriel Nadeau-Dubois pendant le Printemps Érable, alors qu’il se lance dans un « parcours de perdition ». Étrange objet écrit à quatre mains, ce livre promet de faire jaser et de nous faire revenir sur notre propre perception de cette époque charnière dans l’histoire récente des luttes étudiantes.
Disponible le 21 mars
 
Tu aimeras ce que tu as tué
Kevin Lambert
Héliotrope
L’action de ce roman est campée à Chicoutimi, dans une réalité magnifiée et horrifique, vue à travers les yeux d’un groupe d’enfants qui grandissent ensemble et qui solidifient leur amitié malgré les épreuves fantastiques. Le réalisme magique contemporain est un terrain souvent périlleux, mais cet impressionnant premier roman de Kevin Lambert nous prouve que la relève a bien fait ses devoirs.
Disponible le 22 mars
 

L’Expérience du torse
Marc Babin
Triptyque
Point de départ : un tronc, sans ses membres, est retrouvé dans une valise devant un immeuble de Côte-des-Neiges où habitent des personnages plutôt colorés. Ce qui pourrait être un récit profondément lugubre devient rapidement une fable urbaine suintante d’un irrésistible humour noir, un accident social au ralenti, un crime dont on ne cherche que furtivement le coupable. C’est le premier roman de Marc Babin, un Français installé à Montréal.
Disponible le 27 mars
 
Inquiétudes
Jean-Simon DesRochers
Les Herbes Rouges
Les sagas littéraires sont rares de nos jours, en cette époque où l’éphémère et le résumé sont rois. La plupart des livres publiés de nos jours dépassent rarement 300 pages. C’est un vent de fraîcheur qui nous arrive des Herbes Rouges avec L’année noire, un projet très ambitieux de Jean-Simon DesRochers. Ce premier tome jette les bases d’une série de drames se déroulant dans le même quadrilatère d’une ville, avec une vingtaine de personnages bien définis et, surtout, à qui la vie ne fait pas de cadeaux. Le prochain volume, Les certitudes, paraîtra à l’automne.
Disponible le 28 mars
 

Le zouave qui aimait les vélocipèdes
Pierre Breton
Boréal
Pierre Breton se spécialise dans le récit rocambolesque et délirant, et le titre de sa dernière œuvre ne laisse aucun doute sur le fait qu’il continue sur cette heureuse lancée. On se retrouve cette fois-ci en 1868, alors que Sévérin Lachapelle entreprend de cambrioler le Saint James Club. Des détours historiques, des considérations politiques et une bonne dose de fantaisie habitent ce récit unique.
Disponible le 28 mars
 

Pivot
Marie-Ève Cotton
VLB
Pensé et rédigé sur une période de sept ans, ce premier roman de Marie-Ève Cotton, qui est psychiatre de métier, raconte le destin de divers personnages mémorables de l’unité psychiatrique d’un hôpital montréalais. Le héros du récit, un certain Pivot, qui sait habilement manier les mots, est interné au milieu de ces fantastiques spécimens d’humanité, tentant d’y distribuer un certain réconfort en attendant la fin de sa peine.
Le lancement aura lieu le 29 mars au Rosemont.
Disponible le 29 mars
 

Comment écrire comment écrire un best-seller
Éric St-Pierre
Québec Amérique
Présenté sous la forme des correspondances entre un auteur à succès absolument cynique et sa nièce, ce roman est un amusant pied-de-nez aux idées reçues que l’on pourrait entretenir envers l’industrie du livre. Nous surveillons avec intérêt les parutions de La Shop, une collection dirigée par Stéphane Dompierre, et ce livre d’Éric St-Pierre nous fait la belle promesse d’être rien de moins qu’hilarant.
Disponible le 29 mars
 

Toutes les fois où je ne suis pas morte
Geneviève Lefebvre
Libre expression
Cinquième roman de l’auteure, avec un titre qui en jette, ce récit raconte l’aventure entre Catherine, la narratrice, et Matt Lewis, un journaliste de guerre. Un voyage passionnel à Bruxelles, six jours haletants, quelques jours après les attentats de Paris. Geneviève Lefebvre, reconnue pour son style franc, n’a pas la langue dans sa poche, et propose ici une histoire prenante et consciente.
Le lancement aura lieu le 28 mars au bar Le Lab.
Disponible le 29 mars