+ Toutes les playlists

Ils se foutaient de leur look ou ils étaient avant-gardiste?

Crédit photo : CP image
Ils se foutaient de leur look ou ils étaient avant-gardiste?
Les personnes que je vous présente aujourd'hui ont un point en commun; ils s'habillaient comme ils le voulaient sans trop faire attention aux commentaires à leur égard. Ce dont ils ne pouvaient pas se douter, c'est qu'en 2017, leur style aurait été des plus raffinés.

Pierre Falardeau
 
Pierre Falardeau avait une personnalité que j’adorais. Il avait le «Je m’en foutisme» facile. Il était reconnu comme combattant en faveur de l'indépendance du Québec, mais il était également écrivain et cinéaste. Le respect que je lui voue va au-delà du message offert. Il allait directement dans la façon de suivre ses convictions et de se faire entendre.  Se faire lancer des roches était un classique pour lui. Mais c’est pas quelques égratignures qui l’empêchaient d’avancer.
 
Crédit Pedro Riuz - Le Devoir

Son « Je m’en foutisme» se traduisait dans ses choix vestimentaires. Le matériel qu’il possédait ne tenait pas les rênes de sa vie. Cela se reflétait dans son image corporelle. La barbe pas taillée, les cheveux fous et l’option des broches non considérée. Depuis les dernières années, nous avons pu constater que l’habillement «fashion» québécois tend sur la seconde main. Ce qui, selon moi, est très positif. Donc, on peut voir des jeunes Pierre Falardeau partout. Nous pouvons penser à la chemise de jean délavé sur un t-shirt avec une image farfelue qui choque, au manteau d’hiver oversized ou encore au dad hat.

Citations de Pierre Falardeau :
« On va toujours trop loin pour les gens qui vont nulle part. »
 
«J'ai pas de misère avec ça l'ethnicité». Des fois je trouve qu'le monde a- assez peur des mots, tout l'temps. Y'ont peur des mots. Francophone, on doit être le seul peuple au monde qui utilise ce mot-là. T'sais un Esquimau, y'est esquimau, y dit pas je suis inuitophone. Un Portugais y dit je suis portugais y dit pas je suis lusitanophone. Lâchez-nous avec vos niaiseries. 

Pour moi un québécois c'est quelqu'un qui décide de l'être, quel que soit sa langue, son origine ethnique, la couleur de sa peau, son orientation sexuelle. J'en ai rien à cirer. »
 
 
Dan Bigras

Source quebecscope.com

Dan Bigras est un homme de cœur. Je le considère comme un élément-clé de l’humanisme québécois. Il s’occupe des gens de la rue, ne les juge pas négativement et les inspire. Un rocker au cœur tendre auquel on s’attache. 
 
Crédit : Richard Cloutier

Son style vestimentaire a toujours été neutre et simple. Il aime le noir, le blanc et les couleurs terreuses. Nous ne voyons pas souvent des logos de marques connues sur les chandails de Dan. À croire qu’il a inspiré les brands de streetwear connus. Il porte également des chelsea boots depuis toujours. Accessoire mode qui est dans les pieds de beaucoup d’accros du fashion depuis les deux dernières années. Et si on proposait à Bonvilain ou Guillaume Chaigne de le prendre comme modèle ?
 
Zilon

Crédit : Station 16 Gallery

Zilon n’est pas seulement le gars qui a couvert entièrement un dépanneur coin Marie-Anne et St-Dominique lors d’un Festival Mural. C’est aussi un artiste qui ne date pas d'hier et qui gagne à être connu. Je le considère également comme un philosophe inspirant en me fiant à ses publications Facebook. Je le vois comme un avant-gardiste surtout grâce aux pièces custom qu’il fait. Il me charme également via ses inspirations punk. Il y a bien longtemps qu’il peint sur des perfectos en cuir par exemple. Ce qui est très à la mode ces derniers temps. J’aime également ses tatouages. Beaucoup d’œuvres en noir. Les amateurs de stick and poke et de black and grey peuvent s’en inspirer.
Crédit photo toutphoto.com 

SP (Sans Pression)

Source : lejournalduhiphop.com

Pour celui-ci, l'image était plus importante que les autres. Le milieu du hip-hop est centré sur l'esthétisme, depuis toujours. Les brands que Sans Pression rockait il y a 15 ans sont des bijoux difficiles à trouver aujourd’hui. Pour ma part, je suis un fan de hip-hop depuis très jeune. J’ai grandi sur du rap queb comme SP. Donc, sur mes vêtements je voulais des logos des Expos. Je voulais un coat en cuir Avirex à 1 200$. Je voulais des pantalons baggie plus baggie que ceux du voisin. Je voulais des Air Force blancs qui restent blancs sans aucune tache. Bref, les baggie pants sont en vogue en ce moment dans presque tous les défilés. Les vêtements hip-hop vintage ne restent pas longtemps dans les friperies. Les jackets de baseball s'agencent à tous les styles. Le stylise des Anticipateurs s’inspire des gars comme SP. J’en suis pas mal certain!
 


Quelques autres inspirations d'hier à aujourd'hui sans le vouloir:

Dédé Fortin
Source : Pinterest

Armand Vaillancourt
Crédit Bernard Brault - La Presse

Justin Trudeau
Source : magazine GQ