+ Toutes les playlists

Alexandre Choko devient boxeur professionnel à 42 ans

Crédit photo : Courtoisie Alexandre Choko
Alexandre Choko devient boxeur professionnel à 42 ans
Quand je suis arrivé au Bello Deli dans le Vieux-Port, une dizaine de gélules jonchaient une serviette de table à côté de l’assiette d’Alexandre Choko.

Pendant notre entretien, Choko avalait l’un ou l’autre de ces suppléments entre deux bouchées d’orzo et de fraises : extrait de vanille, magnésium, vitamines de toutes sortes…

À 42 ans, le regard bleu scintillant, la mâchoire carrée et le sourire confiant d’Alexandre Choko traduisent une détermination dont peu d’entre nous peuvent se vanter de faire preuve, même dans la jeune vingtaine. Seuls ses cheveux poivre et sel trahissent sa quarantaine.

Alexandre Choko monte dans le ring, le 20 octobre prochain au Casino Montréal, où il fera ses débuts professionnels contre un Cubain, Redy Hernandez.
 
Source : Groupe Yvon Michel

«Certains me disent que je suis un malade suicidaire, m'a raconté Choko. D’autres m’enjoignent à foncer! Si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferai jamais.»

«J’ai peur qu’il m’arrive quelque chose physiquement qui aurait un impact sur ma capacité d’être le père de mes filles, a ajouté le papa de belles princesses, qu’il m’a montrées sur son téléphone. Pour le reste, je n’ai pas peur. Gagne ou perd, ce n’est pas grave.»

Unis contre le dopage dans le sport

Pourquoi commencer la boxe à 42 ans? De 2002 à 2009, l’homme d’affaires a propulsé le fameux Tristar Gym de Montréal vers sa notoriété internationale. C’est sous son égide que Georges St-Pierre est devenu GSP, la terreur mondiale d’arts martiaux mixtes de l’Ultimate Fighting Championship (UFC).

En 2012, fruit de plus de cinq ans de voyages à travers le monde et des rencontres d’une cinquantaine de sommités de la boxe telles que Mike Tyson, George Foreman, Ray Leonard, Vitali Klitschko, Joe Calazaghe ou Lennox Lewis, Choko a publié le livre The Future of Boxing, un recueil d’entrevues exclusives.
Alex Choko a tout fait dans les sports de combat… sauf se battre. Son affrontement du 20 octobre prochain lui permettra de réaliser un rêve personnel, mais au fil de ses entretiens, un grave problème a fait surface.

«Ma décision est le résultat d’une accumulation d’éléments déclencheurs, mais le sujet du dopage est revenu à plusieurs reprises dans mes entrevues pour The Future of Boxing. Avec le temps, j’ai développé une relation amicale et de travail avec Mike Tyson – j’ai été le promoteur de son one-man show, The Undisputed Truth, en 2014.»
 

«Dès la première rencontre, Mike m’a dit qu'un des plus grands fléaux dans le sport de combat, c’est que les gars se dopent et trichent. Qu’un gars se pique les fesses et triche contre lui-même pour monter une montagne en vélo plus vite, il se fait du tort à lui-même, fine. Mais dans les sports de combat, qu’un gars prenne des stéroïdes pour mieux frapper sur la tête de quelqu’un d’autre, je trouve ça très grave. On dit pourtant que la boxe est le noble sport… T’as la vie de quelqu’un entre tes mains.»

L’objectif premier de Choko est donc devenu de sensibiliser les jeunes aux conséquences du dopage; pas seulement dans la boxe, mais dans le sport en général et dans la vie. Après sa victoire au Casino – il ne conçoit pas d’autre dénouement -, le nouveau boxeur souhaite enchaîner d’autres combats et présenter des conférences dans les écoles dans le but d’éduquer.

«Je compte toucher les jeunes avec le résultat, en expliquant aux jeunes que, quand tu accumules les bons choix, la bonne façon de traiter ton corps, ta tête et les gens autour de toi, forcément, y’a des bonnes choses qui se passent par la suite, dans l’arène, dans un autre sport ou dans la vie. Mon motto, c’est "Unis contre le dopage dans le sport".»
 
La tâche sera ardue, mais rien n’est impossible, comme se battre chez les pros à 42 ans, par exemple.

«Oui, il faut encourager la performance, mais ça passe par le dévouement, les sacrifices, le travail ardu, l’intelligence, le respect de son corps. J’ai réalisé qu’il n'y a pas d’organisations ni de fondations qui font des interventions concrètes. J’aimerais qu’on aille parler à des jeunes avec des athlètes qui avoueraient leurs erreurs. Je suis de ceux qui croient que quand tu parles aux gens, tu en sors enrichi.»

À VOIR : La vidéo de Choko

La vérité sort de la bouche de cet homme d’exception. À cause des prodigieuses avancées technologiques, la société a aujourd’hui une fâcheuse propension à chercher l’autobahn allemande pour obtenir des résultats, alors que le corps humain ne peut profiter d’une telle voie rapide pour s’optimiser.

À la mémoire d'Angelo Dundee

Alexandre Choko reçoit les encouragements de tous ceux qui l’ont aidé dans sa vie. Le boxeur m’a montré un courriel éloquent rempli de louanges et d’éloges d’un photographe de la légende Mohamed Ali.

Ledit courriel saluait la mémoire du défunt Angelo Dundee, mythique entraîneur d’Ali, avec lequel Choko s’était lié d’amitié. Ce dernier n’a pu retenir des larmes devant moi en se remémorant sa rencontre avec «The Greatest» aux funérailles de Dundee, en 2010.

Angelo Dundee
Source : Boxing.com

«À la base, ce que je voulais avec The Future of Boxing, c’était juste de rencontre Mohamed Ali. Quelque 1,6 million $ d’investissement, 55 entrevues pour avoir le privilège de serrer la main et de regarder Ali dans les yeux!

«Angelo m’avait toujours promis que j’allais le rencontrer un jour. Après avoir serré la main d’Ali à ses funérailles, j’ai posé ma main sur son cercueil. J’ai dit : "Angelo, tu m’avais promis que je rencontrerais Mohamed, mais tu n’avais pas à mourir maintenant. Tu peux revenir maintenant», a-t-il raconté, les yeux rougis par des larmes d'émotion.

Rendez-vous au Casino de Montréal le 20 octobre prochain pour voir un spectacle spécial. Il n’y a pas d’âge pour réaliser ses rêves.