+ Toutes les playlists

Les 13 artistes québécois présents au festival Osheaga 2016

Crédit photo : Patrick Beaudry
Les 13 artistes québécois présents au festival Osheaga 2016
Osheaga, c’est le début de la fin. Chaque année depuis déjà 10 ans, c’est la cerise sur notre sundae de festivals estivaux, ou le gros feu de joie qu’on se fait candidement en fin de soirée. La frénésie d’évènements de juin-juillet culmine à l’un des plus grands regroupements musicaux d’Amérique du Nord sur l’île Saint-Hélène et après, qu’on le veuille ou non, c’est le déclin tranquille de l’été jusqu’aux couleurs de l’automne.

D’ici là, à travers tous les big guns qui seront de la partie, on s’est intéressé à souligner tous les artistes d’ici, histoire qu’on s’assure que notre relève de feu se fasse encourager à sa juste valeur.


Kaytranada

La superstar soundcloud est un habitué d'Osheaga, mais il sera toujours le bienvenue, d'autant plus que 99,9 %, son debut LP, est paru il y a à peine un mois de ça. D'ailleurs, c'est la frénésie depuis. Sur le dancefloor, j’parle. Des beats chopped & screwed avec un taste d’Haïti, le tout sur une grande scène plein air? S’il vous plait.


La famille Ouellette

Les Francouvertes de cette année se sont terminées par la victoire d’une formation pop de Villeray. L'un de leurs prix était justement une participation à Osheaga. J’sais pas pour vous, mais quand j’ai un band qui me dit que, pour eux, une bonne chanson, c’est comme une bonne sauce à spag et surtout après avoir ressenti leur énergie à faire sautiller jusqu’à épuisement, y’a de quoi ouvrir l’appétit.


Half Moon Run

Sun Leads Me On — le second LP de notre quatuor favori — nous affiche un groupe qui a tenu le coup face à la vague toujours un peu trop déstabilisante du succès fulgurant. Leur son rêveur et mélancolique s’est bien ancré dans un environnement qui ressemble à celui où je me ramasse dès que je tombe dans du Fleet Foxes ou du Radiohead. Ils ont déjà offert une solide performance en 2014 et ont une meilleure plage horaire cette année.


The Damn Truth

On imagine le trio rock & roll très discret, mais faut pas confondre leur profil bas avec leur musique. Avec une voix féminine aussi rauque que puissante et une guitare à enterrer celle des Black Keys, ça varlope, je confirme.


Grimes

On attendait avec ravissement Claire-Élise Boucher, la chanteuse au nom le plus québécois qui parle pas un maudit mot français. La musicienne de 28 ans a fait beaucoup de chemin depuis l’histoire de la petite fille awkward de McGill en 2006 qui expérimentait avec des loops sur Garage Band. Depuis, c’est des albums acclamés comme étant des milestones des années 10 et, surtout, des genres musicaux qui s’empilent les uns contre les autres, comme un gros pâté de restants d’un deux étoiles Michelin.


Foreign Diplomats

La formation originaire des Laurentides sera probablement l’une des plus jeunes du festival, mais il ne suffit que d’une écoute pour comprendre qu’ils ont la trempe pour jouer dans la cour des grands. Leur premier LP Princess Flash nous affiche des influences apparentes envers leur groupe cousin Half Moon Run (du même label) et d'Arcade Fire, leur donnant au passage une montréalité (ça se dit ? Ben oui ça se dit) qu’on ne peut pas dénier.


Dead Obies

Avez-vous appris à le prononcer? Gesamtkunstwerk. À force de se faire critiquer de trop utiliser l’anglais dans leurs textes, le sextuor originaire de la Rive-Sud pas propre s’affiche avec un mot allemand signifiant art total ou, en d’autres mots : continuez de chialer, l’art passe avant tout. L’album ayant trouvé ses racines dans le livre de Guy Debord La Société du spectacle, on doit au moins passer leur jeter un coup d’œil, ne serait-ce que par curiosité (même s'ils jouent en même temps que Radiohead).


The Barr Brothers

Le quartet folk, montréalais d’adoption, est l’exemple de choix du band qui joue du folk avec humilité, qui reste accessible sans tomber dans le populisme et, surtout, qui intègre la harpe de la façon la plus élégante et seamless. Une valeur sure pour une ambiance familiale et rassurante.


Charlotte Cardin

Déjà forte d’un gros bassin de fans depuis son passage à La Voix en 2013, la chanteuse originaire de Ville-Mont-Royal est récemment sortie en force avec ses propres compositions. Ça s’annonce un gros saut de faire la transition d’une audience de millions à des petites salles, quoiqu’elle semble aller à ravir dans son nouvel écosystème.


The Wolf Parade

Une décennie plus que mouvementée durant les 00s, suivie par un breakup discret en 2011. Cinq ans plus tard, The Wolf Parade est de retour. Encore très peu de matériel a été dévoilé, alors si on veut en savoir plus, pas le choix d’aller les voir en personne.


Cœur de Pirate

Ça faisait aussi un bon bout qu’on l’attendait là, elle. Cinq ans après son dernier album, alors qu’on s’était habitué à la voir collaborer de gauche et à droite, Béatrice Martin a sorti l’an passé un LP très léché, avec une grande emphase sur sa voix backée par beaucoup plus que son piano. Préparez vos sing alongs. Par ailleurs, avec sa nouvelle identité de queer, elle brasse pas mal d'affaire ces temps-ci.


Le Matos

J'ai redécouvert le trio électronique dernièrement via leur collab' pour la très excellente soundtrack de Turbo Kid, sorti l'an dernier. Pour être honnête, j'avais complètement oublié leur existence depuis un bon bout déjà et réécouter le film m'a directement ramené au début de ma vingtaine. Mon souvenir le plus concret d'eux est lorsque j'avais découvert leur remix de Comme des enfants, y'a genre sept ans (SEPT ANS OH MY GOD QU'ON VIEILLIT VITE!) de ça. Entre ce morceau ou un remix live de leur OST au festival, j'suis assuré de revenir encore une fois en arrière. Ça et me sentir vieux.

Koriass

Pendant l'historique show d'ouverture des Francos cette année (qui featurait les poids lourds actuels du rap game québécois), les organisateurs n'ont pas pu s'empêcher de glisser Koriass entre deux groupes, lui qui n'était initialement pas prévu à l'affiche. Comme si on s'était rendu compte sur le tard qu'une célébration du rap québ était juste incomplète sans sa présence. Je sais pas si les responsables de la prog d'Osheaga se sont dit la même chose sur représentation de la francophonie au festival ou s'il s'est décidé de revenir un peu plus tôt de sa tournée en France, mais son ajout surprise de dernière minute est une fois de plus le bienvenu!


Est-ce qu'on en a manqué? C'est certain qu'à la veille du festival et avec les annulations, il risque d'avoir d'autres artistes qui s'y rajoutent.