+ Toutes les playlists

En colère et fati-gay

Ceux qui me connaissent savent que je suis le plus gros bébé braillard de la Terre entière. J'braille en écoutant Buffy. Je dois m'assurer que j'écoute pas de musique trop belle le matin parce que sinon je pleure. Tout a commencé dans la scène où le petit gars lance son pudding à vanille à son chien pis lui dit « VA T'EN! VA T'EN » dans le film culte Toby. Mon cœur en est encore brisé, j'vais jamais m'en remettre.

Par contre, lorsque les nouvelles du massacre qui s'est passé au Pulse à Orlando le dimanche 12 juin ont commencé à envahir mon dashboard Tumblr, je n'ai pas versé une seule larme.

J'étais tout simplement enragé et je le suis encore.

À cause de l'évènement en soi, oui, qui est un symptôme de la haine, de l'ignorance, et surtout de la peur. Mais plus particulièrement parce que les gens agissent et réagissent comme si c'était une surprise. Que cet événement, bien qu'il soit d'une envergure faramineuse, était exceptionnel. Comme si l'homophobie et la transphobie c'était quelque chose de peu commun alors que c'est tout le contraire. 

​Qu'est-ce que ça va prendre pour que les gens comprennent que c'est quotidien, l'oppression des gens de la communauté LGBTQIA? Qu'on vit de l'homophobie depuis qu'on a nos premières chaleurs et qu'on va en vivre toute notre vie?

On demande juste à vivre. D'aimer qui on veut, de baiser qui on veut, de s'habiller comme on veut, de parler comme on veut, d'avoir les manières qu'on veut. Même ça, on ne peut pas l'avoir. Et c'est fatigant. C'est enrageant.

Cher lectorat, j'ai un message pour vous : si vous n'agissez pas, vous êtes complices par votre inaction. Chaque fois que vous passez sous silence quelconque agression aussi microscopique soit-elle, vous validez les valeurs hétérosexistes de notre société. Vous contribuez à l'oppression de la communauté LGBTQIA. Si vous souhaitez un jour vous laver les mains de toute la saloperie qu'on doit se faire cracher au visage, vous devez vous éduquer et protéger les gens différents de vous. Vous devez passer de la tolérance à l'acceptation. Vous devez briser les stéréotypes auxquels vous croyez parce qu'ils nous tuent, littéralement.

Cher lectorat, si vous faites partie de la communauté LGBTQIA, j'ai un message pour vous : ne vous excusez jamais d'être qui vous êtes. Ne vous diluez plus. Soyez flamboyants si vous le désirez. Brisez les codes. Soyez fiers. Et soyez fiers de la différence au sein de notre communauté. Vous aussi vous devez vous éduquer pour ne pas perpétuer l'oppression à l'intérieur même de notre communauté. Vous devez protéger les gens différents de vous.

Je ne suis jamais allé à la Pride. Au départ, parce que j'avais moi-même une certaine haine de la chose, résultat d'un certain degré d'homophobie intériorisée. Et par la suite, juste par flemme, j'suis pas fan des parades en général non plus ou de tout ce qui est festif en général. Mais cette année, j'y serai. 

Je vais crier. Je vais chanter. Je vais danser. 

Je serai la plus grande folle que vous n'aurez jamais vue. Et j'espère que vous y serez tous avec moi, sans excuses, sans demi-mesures et sans distinction.
 
(Les visages des victimes de la tuerie d'Orlando. Source)
 

P.S : LGBTQIA pour lesbienne, gay, bisexuel, trans, queer, intersexe, assexuel.

P.P.S : j'écris tout ceci en étant conscient des privilèges que j'ai et je sais que certaines personnes ne sont pas en mesure de pouvoir s'assumer comme je le fais, souvent par rapport à leur propre sécurité. À ces gens-là je dis : courage. Le jour viendra où vous pourrez être qui vous êtes pleinement.