+ Toutes les playlists

Nouveau local et prix de la relève pour La Shed, un jeune cabinet d’architecte montréalais

J’aime les lignes, j’aime les images, j’aime les espaces épurés dans lesquels une pointe d’originalité transforme totalement l’aire de vie, j’aime l’architecture, j’aime la ville, j’aime ma ville, j’aime Montréal.

Le cabinet d’architecture la Shed s’est délocalisé sur Duluth, dans un ancien magasin général en février dernier, et ce n'est pas le fruit du hasard. Cette délocalisation est pour moi une bonne raison de mettre un coup de projecteur sur le travail du cabinet d’architecture qui a fait un bon bout de chemin depuis sa création. Savant mélange des genres et des matériaux, le nouveau la Shed est "à mi-chemin entre un bureau et une boutique, l’espace redéfinit le classique bureau d’architectes". Le travail de l’équipe s’est concentré sur le résidentiel, le commercial, sur la rénovation, la transformation de bloc de tout genre et de tout temps. Le travail des lignes, des ouvertures et de la lumière est au cœur du travail du cabinet. Je pourrais en parler longtemps, mais leur site fait très bien le travail. 

La SHED architecture a de plus récemment reçu le Prix du Cabinet d'Architectes de la Relève 2016 octroyé par l'Institut royal d'architecture du Canada. « C’est un jeune cabinet qui a réussi en peu de temps à monter un portfolio cohérent de projets d’architecture de grande qualité », a déclaré le jury de cinq membres. « Tout cela, en travaillant souvent dans les limites de budgets restreints. » - Source
 
Au-delà des réalisations, qui leur ont déjà valu la reconnaissance du milieu, il y a quelque chose d'une autre nature au cœur du travail de la Shed. Quelque chose de différent, un mandat bien particulier. J’ai envie d’en profiter pour passer un petit billet à qui de droit, et de parler de ce qui je l’espère nous attend dans l’aménagement et l’architecture à Montréal.
 
Je pense que Montréal est une ville à part, une ville rare, une ville qui rend la culture accessible à tous. Beaucoup de personnes (entrepreneurs) et de projets tendent vers cela. Oui, il y a une génération de champions qui nous tire encore vers le bas. Mais je pense que cette génération est sur le déclin, et que dans un futur proche, des entreprises comme La Shed auront accès à des projets provinciaux, voire fédéraux et qu’on aura enfin le droit à des espaces (lire publics) intelligents.
  
Et un jour la lumière fut!
 
La Shed représente ce changement. L’équipe repense totalement notre relation à l’architecture et surtout, notre relation avec l’architecte : « une relation où faire appel à un architecte ne serait pas plus étrange que de faire appel à un comptable. Une relation où concevoir un lieu de vie à son image ne relèverait ni du luxe ni de l’utopie. Cette approche rend accessibles les services d’un architecte pour toute échelle de projet et tout budget. » 

Amen.
 
L’histoire est la base de l’identité d’un pays et l’architecture est la partie la plus significative de cette histoire. La partie qui n'est ni écrite ni réécrite, la vision la plus objective de là d’où l’on vient. La Shed s’est donnée pour mandat de démocratiser l’architecture, la rendre accessible à tous. Ça peut paraître peu, mais je pense que c’est énorme. Je pense que l’architecture est à la ville ce que la philosophie est à l’homme, à savoir deux choses complètement négligées, oubliées, quand elles devraient occuper une place centrale dans la ville, pour améliorer l'espace et la qualité de vie.
 
Elle rénove, transforme utilise le vieux pour en faire du nouveau, et à voir son nouvel espace de travail, l’équipe de La Shed sait faire!

J’aime les lignes, j’aime les images, j’aime les espaces épurés dans lesquels une pointe d’originalité transforme totalement l’aire de vie, j’aime l’architecture,  j’aime la ville, j’aime ma ville, j’aime Montréal.