+ Toutes les playlists

Retour sur le Taverne Tour: le SXSW montréalais en plein hiver

Crédit photo : Gabriel St-Amant, Fetivo
Retour sur le Taverne Tour: le SXSW montréalais en plein hiver
La semaine dernière avait lieu le Taverne Tour, mix parfait de musique, d’alcool et de folie, et ce, durant 3 jours. Le concept est simple : offrir 13 spectacles au sein des tavernes de l'avenue Mont-Royal. Bien que l'appellation «Taverne» ait bien changé, l’esprit demeure toujours intact. C’est donc dans l’enceinte de neuf tavernes différentes qu’on prit part des centaines de curieux lors de cette expérience.

Le tout a débuté le 4 février avec la présence du groupe de garage rock Galaxie à la Taverne Saint-Sacrament, quartier général de ce festival. C’est dans un bar bondé qui n’a pas l’habitude de recevoir des groupes, tout comme la majorité des emplacements prenant part à l'évènement, qu’a eu lieu cette prestation.

L’alcool coulait à flots et nous étions collés les uns sur les autres pour apercevoir la bande d’Olivier Langevin s’en donner à coeur joie à augmenter le volume et à faire bouger la salle. Bien qu’il faisait plutôt froid à l’extérieur, laissez-moi vous dire que pendant leur courte prestation, l’air s'est raréfié. Shooters après shooters, en payant même une tournée à la foule au passage, on peut dire que le groupe était bien en forme!

Crédit photo: Gabriel St-Amant

Même pas le temps de s’en remettre que le lendemain, soit le 5 février, avaient lieu trois prestations simultanément (dans 3 bars différents, bien sûr!). Chez Baptiste ce sont les groupes Crushed Out et Les Marinellis qui faisaient siller les oreilles des quelques personnes qui avaient réussi à se procurer des billets. À un coin de rue, Les Deuxluxes faisaient eux aussi une courte prestation au bar le Barraca. En montant quelque peu l’avenue Mont-Royal jusqu'à la taverne Les Torchés, les curieux ont pu découvrir le groupe Prieur & Landry, duo local mélangeant plusieurs styles tels que le grunge, le blues ainsi que le stoner rock. Seul petit hic, de la prestation à laquelle j'ai assisté : la forme de la salle n’est définitivement pas faite pour recevoir autant de gens. Le cadre particulier de la prestation permettait tout de même d’apprécier la prestation.

Point culminant de ce week-end endiablé : le samedi 6 février où huit spectacles ont eu lieu dans un rayon de quelques kilomètres : ça rockait ! Déjà, vers 15h, on pouvait entendre de la musique en se promenant sur le plateau alors que les groupes réalisaient leur soundcheck. C’est d’ailleurs à ce moment que j’ai eu la chance de rencontrer quelques-uns des groupes. Preuve que le Taverne Tour était plutôt éclectique dans sa programmation, le groupe de country rock Les Revenants donnait un spectacle au Jono Bar. Le chanteur du groupe me mentionnait qu’ils avaient dorénavant l’habitude de jouer dans des salles et que cet événement les ramenait à l’essence même de la musique. Pour eux, le but était simple : faire bouger les gens, que ce soit un fan ou même un simple habitué de la taverne.

Les Revenants
Crédit photo: Gabriel St-Amant

Dans la même lignée, Julien Sagot, membre de Karkwa, avoue avoir un sentiment d’appartenance très fort au Plateau Mont-Royal et à tout ce qui est local. L’auteur-compositeur-interprète me disait qu'il en profitait pour explorer encore plus et me décrivait l’événement comme un véritable laboratoire.

Julien Sagot
Crédit photo: Gabriel St-Amant

Dans un autre ordre d’idée, les membres du groupe rock The Well originaire d'Austin, font la comparaison avec le festival SXSW. Pour eux, ce type de festival est le futur de la musique : un événement qui rassemble toutes sortes de gens et de styles de musique. Étant de passage pour la première fois dans la métropole, le groupe m'a décrit la ville comme «un Brooklyn en plus poli»!

The Well
Crédit photo: Gabriel St-Amant

La soirée s'est poursuivie avec les prestations de tout ce beau monde. J’ai personnellement adoré le fait que deux spectacles de styles complètement différents aient lieu à une porte de différence. D’un côté la formation The Brooks faisait bouger le Pub West Shefford et surtout monter la température, tandis qu’à la Taverne Normand c’est The Well et UUBBUURRUU qui faisaient hocher de la tête les amateurs de rock psychédélique.

Le party de clôture, à la hauteur du week-end, s'est déroulé au Mathari Bar Salon avec la présence de 3 DJs de France, du Portugal et de Montréal. Bref, un week-end sans repos, mais ô combien satisfaisant. Félicitations à l’organisation et je souhaite vivement qu’il y ait une deuxième édition !

Crédit photo: Gabriel St-Amant