+ Toutes les playlists

5 séries à binge-watcher pour le restant de l'hiver

Je ne sais pas si je suis le seul, mais chaque hiver, je sens monter en moi une forte et quasi irrésistible envie d’hiberner. Je passerais facilement ces quatre mois discutables habillés en mou, alternant une succession de repas copieux et de siestes sans culpabilité. Pour soutenir un siège urbain, il faut être culturellement bien pourvu, avoir une bibliothèque bien garnie, mais aussi savoir quelles séries écouter. Pour toutes ces longues séances de Netflix & chill, pendant lesquelles on ne sait pas forcément quoi visionner, nous avons compilé un petit palmarès afin de vous mettre des séries plein la tête.
 

Treme

Source : HBO
 

Présentée sur HBO entre 2010 et 2013 et constituée de quatre saisons, Treme est un ambitieux projet de David Simon, le créateur célébré de The Wire. Comme plusieurs des meilleures séries présentées par le réseau, elle a connu un immense succès critique, mais son public n’était pas suffisant afin d’empêcher la noyade, et Simon a dû conclure la saga en cinq épisodes pour la quatrième saison. La série nous offre un portrait de La Nouvelle-Orléans post-Katrina, s’attardant aux destins de quelques musiciens de big band, et autres personnages hauts en couleur du Lower Ninth Ward. C’est musical, rocambolesque, majestueusement bien écrit (entre autres par George Pelecanos et Anthony Bourdain), et débordant de l’inéluctable pessimisme social traditionnellement associé à David Simon – parfait, donc, pour vous sortir temporairement de la féérie naïve de l’hiver.
 

Daredevil et Jessica Jones

Source : Netflix

Quand Netflix a annoncé qu’il faisait équipe avec Marvel pour produire des séries originales, les sceptiques de superhéros se sont contentés de hausser les épaules. Jusqu’ici, les quatre séries mettant en vedette les Defenders (les deux autres, Luke Cage et Iron Fist, sont en route) sont considérées par la critique comme étant ce qui s’est fait de mieux en télévision, quand on parle de l’univers de Marvel. Dans les deux cas, un traitement sérieux et un scénario intelligent ont transcendé les personnages, et on explore l’aspect humain de deux adversaires mythiques des héros. Vincent D’Onofrio incarne dans Daredevil un Kingpin plus grand que nature, gargantuesque et capricieux, l’incarnation rêvée pour tout fan de comic books. Les deux séries ont seulement une saison à leur actif, et sont disponibles sur Netflix.

La deuxième saison de Daredevil sera disponible dès le 18 mars
 

The Leftovers

Crédit photo : HBO

Le concept de base est simple : un événement de style rapture survient et fait disparaître 2% de la population mondiale, sans explication rationnelle, du jour au lendemain. La série suit un groupe sélect de « survivants », qui doivent vivre avec les conséquences dramatiques de cette disparition, sans véritablement vivre un deuil en règle. C’est adapté d’un roman de Tom Perrotta, qui est aussi showrunner de la série avec Damon Lindelof, mieux connu pour son travail sur Lost. On y explore les divers mécanismes de survie développés suite à une tragédie, de l’illumination au mysticisme, et les personnages sont hallucinants de vraisemblance, avec des motivations et des personnalités très fouillées. Ne vous attachez pas trop aux personnages, car rien ne garantit qu’ils survivront longtemps, et attendez-vous à beaucoup de surprises, car il est impossible de prévoir le déroulement des épisodes. L’émotionnelle saga connaîtra sa conclusion lors de sa troisième et dernière saison, l’an prochain sur HBO.


Longmire

Crédit photo : Netflix

Western moderne avec une grandeur d’âme insoupçonnée, ce show nous raconte les déboires policiers et sentimentaux de Walt Longmire (Robert Taylor), un shérif du Wyoming, et la série est adaptée d’une série de romans de Craig Johnson. Longmire se joint à la longue liste des productions avec un public fidèle et obsessif, sauvées de l’annulation par Netflix, qui a produit les saisons 4 et 5 après l’abandon de A&E. Il y a un « cas de la semaine » pour chaque épisode, mais les personnages ont beaucoup de profondeur et de secrets, et ils évoluent constamment à travers des intrigues de longue haleine. Lou Diamond Philip y interprète Henry, amérindien tenancier du Red Pony et meilleur ami de Walt, qui est le centre moral de la série, distribuant sa sagesse à la ronde, et devenant ainsi le personnage favori de bien des gens. À la fois un « procedural » et un drame rural typiquement américain, c’est un choix conservateur, mais très juste pour un visionnement « feel good ».
 

Banshee

Crédit photo : Cinemax

Série emblématique de Cinemax, on peut dire que Banshee a été une surprise à plusieurs niveaux, autant pour son public que chez ses créateurs. La prémisse est complètement délirante : un criminel aguerri prend la place du nouveau shérif de Banshee, une petite ville de Pennsylvanie, lorsque ce dernier est tué devant lui dans une bagarre de bar. Il tente ensuite d’y maintenir la paix, alors qu’un gangster issu d’une famille amish y fait sa loi. C’est le genre de série où chaque épisode se termine par un coup de poing, l’action y est pétaradante, et Lucas Hood, notre shérif – interprété avec aplomb par Antony Starr – est pratiquement impossible à tuer ou à blesser. On y croise une ahurissante panoplie de vilains – des mafieux Russes, un amérindien revendicateur et énorme, un boxeur misogyne – et le tout est filmé comme dans un film d’action à gros budget. On se met le cerveau à off, et on profite d’une production originale et musclée.

La 4e et dernière saison débute le 1er avril