+ Toutes les playlists

Un bourbon, une découverte douce et tendre!

Le bourbon a volé mon cœur, qui depuis mes débuts de dégustateurs de whiskey, avait été donné au scotch. J’aime toujours les scotchs, mais j’entretiens une relation extra-conjugale satisfaisante avec les bourbons. Comme bien des amateurs de whiskey, je me suis initié aux spiritueux plus nobles  (pas une question de prix, mais d’image souvent) parce que j’avais lu que c’était classy de le faire.
 
De fil en aiguille, j’ai acheté des bourbons dans les SAQ Dépôts parce que j’en trouvais souvent dans les bacs à rabais supplémentaires. Et leurs goûts plus souples, tout en étant vibrants, m’ont rapidement séduit. Le premier que j’ai trouvé a été le Bulleit Frontier (doux), puis le Maker’s 46 (grande force de frappe) est entré dans ma vie, pour faire place au Baker’s 7 ans (bon, bon, bon!). Je le garde pour les grandes occasions. Je ne suis pas particulièrement fan du goût fumé des scotchs, alors que tous mes amis en raffolent. Le bourbon tombe donc plus dans ma palette.


Un bourbon pour tous
 
Tel que le dit le système de pastilles de la SAQ, ces whiskeys américains, fabriqués à partir d’au moins 51% de maïs, peuvent posséder des accents de vanille et d’épices douces ou puissantes. Les plus légers, mi-corsés et boisés, plairont aux recrues puisqu’ils sont modérés, tout en ayant du punch grâce à leur côté boisé (Maker’s Mark et Wild Turkey). Les plus corsés et complexes (Buffalo Trace et Woodford Reserve) en imposent avec une chaleur qui leur est propre, elle qui vient avec des arômes de torréfaction et de noix.
 
Le côté boisé des bourbons vient du fait qu’ils sont vieillis en fûts de chêne neufs noircis à la fumée. Un délice! Quand il est mis en barriques, le whiskey ne peut être à plus de 62,5 %, et ensuite, il doit être embouteillé à un minimum de 40 %. Les producteurs ajoutent parfois de l’eau pour ajuster la teneur en alcool. Facile!
 
Il y aussi le straight bourbon, qui lui doit être distillé un minimum de 2 ans, alors que le « normal » peut déjà être appelé bourbon après 3 mois de distillation. Le spiritueux, distillé depuis le 18e siècle, peut être produit n’importe où sur le territoire américain, mais il reste associé au Sud, et plus particulièrement au Kentucky. Le Sud passe parfois pour moins sophistiqué, mais le bourbon ne peut être distillé à plus de 80% d’alcool. Ça frapperait trop sinon, tsé.


La versatilité du whiskey américain
 
Le restaurant où je travaillais faisait des crevettes flambées au Jim Beam : wow! Et pas compliqué à faire pour impressionner votre date ou les beaux-parents! Les bourbons sont aussi parfaits pour faire des Old Fashioned du tonnerre, encore plus si vous utilisez les sirops du LAB. Leurs arômes complexes donneront à ce cocktail une agréable touche. Je préfère déguster le spiritueux straight-up, sans glace ni rien, mais parfois, je me laisse tenter par un gros glaçon. Dans un verre en cristal, c’est la classe. Il y en a souvent des pas chers chez Winners, des vintages au Village des Valeurs, et des milieux de gamme chez V de V. On a pas besoin d’être riche pour boire du bourbon. Il faut juste avoir envie de siroter un produit de qualité. 
 
Pour la petite histoire, le nom bourbon est un hommage au Français Louis XVI, le cinquième roi de la dynastie des Bourbon, qui a apporté une aide décisive aux colons américains lors des guerres pour leur indépendance.
 
À la vôtre!