+ Toutes les playlists

Ma 9/10ième semaine sur Tinder : Spécial Vancouver

Crédit photo : The Burrard
Ma 9/10ième semaine sur Tinder : Spécial Vancouver
Pour dater comme pour tout, la côte Ouest n'est pas la côte Est. On entend souvent parler de la différence majeure entre les deux bouts de l'Amérique du Nord, et il y a définitivement matière à réfléchir. Puisque je visite des foreigners qui se sont installés ici depuis quelques mois ou quelques années, je leur ai demandé comment était la scène de cruise ici. Bien sûr, je me suis rapidement plogué sur mon app favorite, Tinder



Après avoir swippé à droite en masse lors de ma première fin de semaine ici, et en y allant avec toutes les filles qui avaient un je-ne-sais-quoi, j'ai pu voir que je poignais à Vancouver. Après une première virée, j'avais déjà une vingtaine de matchs. Je trippe. Et contrairement à Montréal, je poigne dans tous les groupes de filles, et de toutes ethnies. Parce que depuis mes débuts dans notre magnifique capitale du smoked meat (merci Schwartz's), et après avoir distillé l'information, c'est avec le même style de fille que je semble populaire. 

À ma première soirée ici, on m'a présenté un topo YouTube semi-sérieux des 7 types de Vancouverites. Ces types semblent se trouver dans toutes villes du monde. Il est clair aussi que l'équivalent masculin existe. La grosse différence que je vois jusqu'à maintenant est dans l'emphase qui est mise sur le naturel des filles, ou leur amour de la nature. Ce qui est en lien avec l'urbanité plus faible de Vancouver, si on compare à Montréal, mais qui est relevée par sa nature omniprésente. 



La fille de la côte Ouest semble se prendre moins au sérieux aussi. Il y a une pléïade de photos de filles en costumes bizarres, ou bien en train de faire des pitreries. Encore là, être self-important semble moins important ici que de notre côté du pays. L'image que l'on tente de projeter en est une plus terre-à-terre, que mondaine. 



Les filles établies ici m'ont rapidement avoué qu'elles préfèrent, et de loin, OkCupid, puisque les descriptions y sont plus longues. Elles veulent en apprendre sur le garçon avant de pouvoir se mettre à fantasmer dessus. L'amour, toujours l'amour. Et l'importance de bien écrire, ça c'est comme chez nous. Un beau chest découpé au couteau n'est plus assez fort. Il faut plus que ça. 



La suite, la semaine prochaine. Je me fais une deuxième fin de semaine ici. Maybe I'll get lucky. Enfin, je ne serai sûrement pas ami avec elle, fan des Leafs, ouf... Vive le CH!! Oui, cache tes yeux...