+ Toutes les playlists

Mais qui est Jerry Pigeon?

Crédit photo : Charlotte Ratel
Mais qui est Jerry Pigeon?
Le photographe Jerry Pigeon aka LePigeon est connu pour ses clichés intimes, et plus récemment, pour avoir réalisé le portrait d’artistes comme Ariane Moffatt, Antoine Corriveau et du duo Milk & Bone.
 
 

C’était cool 33MAG
Quelques lecteurs nostalgiques se rappelleront peut-être de la vague électro qui a frappé Montréal en 2007-2008. C’était l’époque où l’on entrait à la SAT par le sous-sol pour aller voir des djs français. C’était les toilettes mixtes, les fluokids et surtout les filles qui portaient des leotards avec des jeans tailles basses. C’était aussi les débuts de Facebook et le Nightlife était version imprimée. Jerry et son acolyte Laurence Baz Morais réalisaient pendant cette période des entrevues vidéos pour le blogue 33Mag. Agrémentée d’une bonne dose de LOL, la série Vox Pop Montréal documentait habilement la vie nocturne et culturelle montréalaise.
 
Bien vite, Jerry Pigeon, résident lavallois, fut avalé par la nuit montréalaise. C’est à travers ses différents projets et à peu près au même moment qu’il fut présenté à Simon-Pierre Gingras. Ce dernier le prit comme assistant et l’initia aux différentes techniques de la photographie. Son intérêt grandit, il développa ses habiletés et un style qui lui est propre. SPG et Pigeon devinrent amis et ensuite partenaires en fondant le studio SPG – Le Pigeon.


 
« J’aime vraiment ton style »
Pendant presqu’un an, il ne fit que de la photo argentique. Ça lui a permis de parfaire ses habiletés. Il devait être préparé, devait mieux calculer la lumière et surtout, il devait choisir de manière plus sélective à quel moment appuyer sur le déclencheur. Pour des shootings, il ne s’amenait souvent que 3 films de 36 poses.
 
L’intimité fait partie intégrante de son travail. Ses clichés ont un côté suggestif, dégagent une certaine vulnérabilité, de l’érotisme. Pourtant, le résultat est loin d’être vulgaire. Oui, il y a de la nudité, mais pas tellement pour choquer plutôt que pour faire vivre une émotion. Il utilise le terme « désarmées » pour parler des personnes (beaucoup de fille et parfois des garçons) qui passent sous sa lentille. Placées dans des positions parfois inconfortables, peu ou pas maquillées, elles se montrent blessées ou émotives. Le rendu est smooth, lisse et léger. 
 
J’ai demandé à Jerry ce qu’il pensait de l’idée préconçue du photographe qui couche systématiquement avec ses modèles. Ça l’a fait sourire. Son opinion était nuancée. Il avoue qu’il existe assurément un rapport de séduction dans la relation entre un photographe et son modèle. Ensuite, chaque personne peut être jugée selon son éthique professionnelle. Les milieux de la mode, des agences de casting et celui de la photographie ne sont pas si vastes à Montréal, il peut être facile de se brûler.

Pour lui, il y a une différence majeure entre photographier la fille qu’il fréquente et fréquenter la fille qu’il photographie. Il reçoit toutes sortes de demandes par inbox sur Facebook et Instagram. Il trouve ça très flatteur, mais au final, il a le dernier mot sur les personnes avec qui il a envie de travailler. Il raconte aussi que certains garçons hésitent à l'approcher, se font des idées sur lui. Parfois, on se demande s’il ne s’amuse pas à entretenir les préjugés pour maintenir son image de séducteur.

 
 
Son projet
Le livre à paraître Pourquoi tu me shoot pas?  se veut une réflexion sur les relations interpersonnelles. Jerry s’est associé à la designer graphique Catherine D’Amour pour créer un ouvrage qui témoigne de l’ambivalence de deux personnes qui s’aiment, mais qui ne se comprennent pas. En image, on nous propose des clichés capturés sur pellicule 35mm au fil des années. Au niveau du contenu écrit, une sélection d’extraits authentiques de conversations par SMS et des textes courts guident la lecture.
 
Pourquoi tu me shoot pas? est actuellement disponible en prévente sur la plateforme de socio financement Kickstarter. Le livre photographique de 132 pages sera tiré à seulement 200 exemplaires numérotés. L’argent amassé servira en majeure partie à couvrir les coûts de production.
 
Est-ce un pari risqué? Le photographe reconnaît que le Québec n’est pas tellement un gros marché pour les objets artistiques. Néanmoins, il ressentait le besoin de réaliser ce projet auquel il pense depuis longtemps. Cela lui permet de regrouper le meilleur de son travail et d’exprimer sa vision des relations amoureuses. Il fait donc d'une pierre, deux coups : créer un livre et tourner la page.




Pour tomber en amour plusieurs fois, visitez son Tumblr
Son compte Instagram @le_pigeon
Finalement, pour le kickstarter du livre Pourquoi tu me shoot pas?