+ Toutes les playlists

Ma 4e semaine sur Tinder: les filles de Québec sont réceptives... et bizarres

Crédit photo : syfrzz
Ma 4e semaine sur Tinder: les filles de Québec sont réceptives... et bizarres
Filles douteuses ou pas, j'ai eu des bootycalls en seulement deux petits jours et avec peu d'efforts. Parce que pour ce qui est de mes premières semaines sur l'application dans le confort de l'île, j'ai eu droit à des filles de Montréal qui se la jouent plus hard to get, malgré de la douceur et de la tendresse. Elles ouvraient parfois la porte, mais ne laissaient rien présager de concluant pour le petit-moustachu-entre-mes-jambes. Disons que les filles de Québec on été plus divertissantes, à commencer par leurs profils. 
 
Moins de seins, plus de rednecks et de variété
De ce que je sais de la Capitale-Nationale, beaucoup de personnes des régions environnantes et de la province entière y affluent. Et quand je dis région, je veux dire endroit où les cousin(e)s et cousin(e)s de 12 ans sont plus à risque qu'ailleurs de se frencher dans un sous-bois juste pour essayer, entre deux cornets de crème molle (oui j’ai hâte que l’été arrive, hiver de pisse). J'ai pas vu autant de poitrailles que lorsque je swippe à Montréal. *Soupir. 

Par contre, et solidement «par contre», j’ai croisé une dompteuse de léopard (foooooo’ real?!?!), une fille qui tire du gros gun et qui a aussi un punching bag (mon cerveau comprend toujours pas), une pêcheuse (pécheresse?), une fille capable de monter une tente (c’est elle qui tenait à le dire) et une autre qui conduit potentiellement une grue dans une cour à scrap(!). Je me sentirais en sécurité avec l’une d’elles dans les bois... Ou si les russes attaquaient. 

Mais ma préf reste la princesse des licornes qui fait du bodybuilding et qui tenait à montrer tout le travail accompli sur ses abdos. Elle me fout clairement une volée n’importe quand. Par contre, lorsqu’elle dit qu’elle ne fréquente pas les humains, mes deux cerveaux boguent. Une licorne, ça sort avec quoi? Un étalon? Si j’ai un micro-peener, je n’ai aucune chance?

Des numéros de téléphone et des révélations-chocs.
J’ai poussé la note afin d’avoir des invitations claires et nettes de filles, et j’ai réussi. Du moins, c’est ce que semble vouloir dire un numéro de téléphone reçu à 1:54am, ainsi que le nom du quartier où réside ladite princesse. J'étais déjà de retour sur l’île et la dame en question est revenue à la charge dès le lendemain matin. Notre amour n’existera malheureusement pas… Amour, ben, friction entre deux corps.

Je suis aussi très content/dégoûté de la franchise d’une autre dame qui m’a, surprise surprise, rapidement jasé ça samedi matin après que nous ayons chacun swippé ça à gauche. Gros high-five pour les premiers pas fait comiquement en commentant mon profil. Le mélange d’effronteries et d’honnêteté était charmant. Mais je ne voulais pas savoir qu’elle était patchée/dans sa semaine/on the rag (quelle est votre expression préférée sur le sujet?). Choisis ton expression jeune tendre, ça fesse quand même.

-NDLR: À la demande d'une Tinderesse, nous avons supprimé la photo qui se trouvait ici.-

Puis, l’approche super agressive n’a même pas fait désenchanter une autre brave qui a dévié mes avances de fin de soirée vers le lendemain matin. Je ne lui ai presque pas parlé et elle a reconnu mon désir de ne pas jaser et de faire autre chose de mes lèvres. J’ai fait exprès pour être assez poussif, à mon sens, pour qu’elle me supprime rapido, mais elle ne l’a pas fait. Coup de chance, ou c'est ma photo de profil qui marche si bien que ça?